• Forme correcte
  • Forme fautive
  • Exemple
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)

Noms de personnes > Traitement et graphie des noms et des prénoms

La présente page fait valoir certains principes permettant de présenter les noms de personnes avec clarté. Elle plaide aussi pour l'utilisation de la forme complète des prénoms, donc pour un abandon de la pratique encore courante de l'abréviation des prénoms.

Le traitement idiomatique des noms et des prénoms est un signe de compétence en rédaction et montre que l'auteur est pleinement conscient de ce qu'il écrit et que ces éléments n'ont pas été laissés au hasard. Dans le cas contraire, un lecteur rompu aux bonnes habitudes de rédaction verra aussitôt, comme une verrue dans le visage, un manque de maîtrise.

Voir aussi les remarques au sujet de l'utilisation des suffixes générateurs (-esque, -ien, -iste).

Clarté dans les références aux personnes

Première mention : La première mention du nom d'une personne se compose habituellement du prénom et du nom. Dans la mesure où le texte reste clair, on se limite ensuite au nom ou à un pronom personnel, quitte à revenir à la forme complète au début d'un nouveau paragraphe si la chose semble appropriée. Il faut éviter de répéter sans cesse le nom au cours d'un même paragraphe à moins que la clarté ne l'exige, p. ex. quand le sujet de la phrase précédente est une autre personne. Un paragraphe d'une quinzaine de lignes comprenant cinq mentions d'un même nom devrait de toute urgence être revu.

Les poèmes symphoniques de Richard Strauss comptent parmi les œuvres les plus jouées du genre.

Pronom personnel : Après une première mention d'un nom, on continue dans le même paragraphe avec un pronom personnel dans la mesure où il est clair qu'il s'agit de la même personne.

Richard Wagner, le créateur du drame musical, est l'un des compositeurs les plus imposants de l'histoire. [...] Il a laissé plusieurs textes de nature théorique et esthétique sur l'opéra et sur de nombreux autres sujets.

Il faut revenir au nom si une phrase précédente fait référence à une autre personne pour éviter toute ambiguïté.

Kaikhosru Shapurji Sorabji est l'auteur de nombreuses œuvres d'une difficulté immense. Il a écrit des sonates, symphonies, toccates et variations pour piano seul s'étalant sur une ou plusieurs heures. Sa musique exige donc des interprètes possédant des moyens de tout premier ordre. Liszt, dans ses œuvres les plus difficiles, n'a jamais exigé autant. C'est là une des raisons pour lesquelles la musique de Sorabji { et non sa musique} est peu jouée. [...]

Mot décrivant la fonction : Des mots désignant la fonction ou le rôle de la personne, comme compositeur, auteur ou poète, permettent de varier l'expression en évitant la répétition du nom à l'intérieur d'un même paragraphe. De tels mots peuvent être utilisés uniquement lorsque le nom de la personne a déjà été donné.

Le style de Brahms se caractérise par une texture riche et dense. [...] Le compositeur utilise d'ailleurs souvent des sonorités de type 1-3-8 dans le registre grave.

Nouvelle mention du nom dans un paragraphe subséquent : Il faut toujours revenir au nom après un alinéa de manière à ce que chaque paragraphe puisse être compris sans avoir à remonter dans le texte.

Kurt Weill a étudié la composition avec Ferruccio Busoni de 1921 à 1923 tout en prenant des leçons de contrepoint avec Philipp Jarnach. [...]
     Pendant ses années d'études avec Busoni, Weill { et non il} a écrit entre autres Frauentanz, dont le troisième mouvement a été réduit pour piano par Busoni lui-même.

Répétition volontaire du nom complet : Lorsqu'on s'est limité au nom de famille seul ou à un mot désignant la personne pendant quelques paragraphes et qu'il convient d'attirer l'attention du lecteur sur la personne, p. ex. quand elle doit ressortir d'une façon particulière ou qu'il s'agit d'une phrase de nature conclusive, le nom complet sert alors à produire un effet rhétorique. Cette mention ne doit jamais donner l'impression d'être gratuite.

Les œuvres pour orchestre de Sorabji, par leur ampleur, constituent donc une exception de taille dans le répertoire. [...] Tout ceci fait en sorte que cette partie de l'immense production de Kaikhosru Shapurji Sorabji, ce compositeur sui generis, risque fort d'attendre plusieurs années avant d'être jouée en public et de faire l'objet d'enregistrements.

Utilisation sans raison du nom complet : À moins d'une raison rhétorique précise, on ne doit pas utiliser le nom seul pour ensuite, dans le même paragraphe, se servir du nom précédé du prénom. Il est essentiel de bien relire le texte pour éliminer tous les problèmes de ce type.

Schubert a écrit plus de 600 lieder au cours de sa brève carrière. [...] Il a composé en 1814 l'un de ses lieder les plus connus, Gretchen am Spinnrade.
Schubert a écrit plus de 600 lieder au cours de sa brève carrière. [...] Franz Schubert a composé en 1814 l'un de ses lieder les plus connus, Gretchen am Spinnrade.

Utilisation des noms en début de section ou de paragraphe

Début de section : En début de section précédée d'un titre, la clarté exige d'utiliser le nom complet de la personne dont il est question plutôt qu'un pronom personnel ou un pronom possessif, et ce, même s'il le nom déjà figure dans le titre. Ceci fait en sorte que la phrase initiale peut être comprise en faisant abstraction du titre. La chose est particulièrement utile pour un lecteur qui reçoit une copie d'une page dont le titre de section se trouve sur une page précédente à laquelle il n'a pas accès. Pour éviter un voisinage inélégant, il suffit d'éviter de placer le nom au tout début et d'éloigner le nom plus loin dans la phrase.

[Titre de section] La musique de chambre d'Alexander Zemlinsky
Alexander Zemlinsky est l'auteur de quatre quatuors à cordes dont le deuxième est le plus connu. {Possible, mais pas idéal, puisque les deux mentions du nom se voisinent.}
Parmi les compositeurs viennois importants du début du XXe siècle, Alexander Zemlinsky est l'auteur de quatre quatuors à cordes dont le deuxième est le plus connu. {Idéal, puisque la répétition du nom est retardée.}
Il est l'auteur de quatre quatuors à cordes dont le deuxième est le plus connu. {Inacceptable}

Il faut en outre éviter d'utiliser un déterminant démonstratif en début de section ou de paragraphe, encore de manière à ce que l'on sache clairement de qui il est question.

[Titre de section] La musique de chambre d'Alexander Zemlinsky
Ce compositeur est l'auteur de quatre quatuors à cordes dont le deuxième est le plus connu. {Inacceptable}

Utilisation complète du nom : La première utilisation du nom d'une personne dans une section ou un paragraphe où elle fait l'objet de plus qu'une simple mention doit habituellement être complète (prénom et nom). On peut se limiter au nom de famille dans les mentions subséquentes dans le paragraphe.

Giuseppe Verdi et Giacomo Puccini ont écrit des opéras dont on compte plus d'une centaine de productions à chaque saison. [...] Dans le cas de Verdi, c'est sans conteste La traviata qui attire le plus le public, alors que pour Puccini c'est La bohème.

Révision : On doit s'assurer lors de la révision d'un texte que toute première mention d'une personne dans une section ou un paragraphe soit faite au moyen du nom et non d'un pronom personnel, un pronom possessif ou un déterminant démonstratif. Le soin apporté à ce détail de rédaction contribue pour beaucoup à la facilité de lecture et à la qualité du texte, puisqu'il établit que l'auteur est pleinement conscient de la façon de parler des personnes. Il s'agit d'un problème de rédaction fréquent mais facile à éviter.

Mozart a écrit des opéras qui sont joués sur toutes les scènes.
Il a écrit des opéras qui sont joués sur toutes les scènes.

Origine nationale

On peut mentionner l'origine nationale d'une personne si la chose paraît utile, mais en s'assurant d'éviter les impairs. Le substantif prend la majuscule, alors que l'adjectif s'écrit avec une minuscule. Même si la formulation avec substantif est parfaitement légitime, elle a souvent moins d'élégance que celle avec un adjectif qui suit une précision quant à la fonction de la personne.

On entend de plus en plus souvent les symphonies du compositeur autrichien Anton Bruckner.
On entend de plus en plus souvent les symphonies de l'Autrichien Anton Bruckner.

Ordre des noms et prénoms

Textes et listes : Dans un texte, les noms s'écrivent dans l'ordre prénom nom. Il est possible de faire de même dans une liste courte si la chose semble souhaitable, mais le tri par un logiciel ne sera pas possible. Dans une liste longue ou un index, il est essentiel d'utiliser la forme nom, prénom.

Terminologie anglaise : En anglais, le prénom se dit Christian name, first name, forename ou given name, et le nom surname.

Noms hongrois : Dans les textes en hongrois, les noms hongrois s'écrivent dans l'ordre nom prénom; Bartók Béla. Dans les autres langues, on utilise toujours l'ordre habituel, soit prénom nom.

Béla Bartók
Mihály Mosonyi
András Szőllősy

Traitement des prénoms

Problèmes posés par les formes abrégées : Le prénom d'une personne doit toujours être donné au long, ne serait-ce que par égard pour le lecteur qui le ne connaîtrait pas. En d'autres mots, on ne devrait jamais abréger les prénoms. Cette habitude solidement ancrée dans la pratique européenne n'a comme seul avantage d'économiser quelques caractères, et comme désavantage majeur de transmettre une information incomplète. Le problème se pose évidemment surtout lorsqu'il est question de personnes autres que les grandes personnalités du monde musical susceptibles d'être connues de la majorité des lecteurs.

Gustav Mahler, Symphonie no 10 (version Deryck Cooke)
Gustav Mahler, Symphonie no 10 (version D. Cooke)

Alban Berg, Trois pièces pour orchestre, op. 6; création : 14 avril 1930, Oldenburg, dir. J. Schüler.
Alban Berg, Trois pièces pour orchestre, op. 6; création : 14 avril 1930, Oldenburg, dir. Johannes Schüler.

Voir aussi la rubrique « Indication de la forme complète d'un prénom abrégé ».

Prénoms partagés et mixtes : Il est d'autant plus important de donner un prénom au long qu'une même initiale peut servir à plusieurs prénoms et désigner tant une femme qu'un homme (prénoms mixtes; Claude, Dominique).

Comme le rappelait récemment Pierre Renaud, Artur Rubinstein était un bon vivant.
Comme le rappelait récemment P. Renaud [Patrice, Patrick, Paul, Pierre, Pierrette?], A. Rubinstein [Anton, Artur?] était un bon vivant.

Élision : L'abréviation des prénoms est un désavantage lorsque l'élision entre en jeu. L'exemple suivant est particulièrement révélateur. Dans la forme fautive, lire à haute voix lorsqu'on ne connaît pas le prénom de la soprano allemande Elizabeth Schumann et qu'on ne peut pas le dire au long fait en sorte que la prononciation deviendra problématique. Dira-t-on « d'É. Schumann », ce qui, en respectant la sonorité initiale, sonnera comme « dé Schumann », ou « d'E. Schumann », ce qui suggérera « de Schumann »?

Sophie, dans Der Rosenkavalier, a été l'un des rôles célèbres d'Elizabeth Schumann.
Sophie, dans Der Rosenkavalier, a été l'un des rôles célèbres d'E. Schumann.

Les noms suivants posent le même problème : Ernest Bloch, Earle Browne, Elliott Carter, Eustache du Caurroy, Emilio de' Cavalieri, Emmanuel Chabrier, Ernest Chausson, Ernő Dohnányi, Ennemond Gaultier, Efim Golishev, Enrique Granados, Edvard Grieg, Ernest Guiraud, Engelbert Humperdinck, Erich Wolfgang Korngold, Ernst Krenek, Edward MacDowell, Einojuhani Rautavaara, Edmund Rubbra, Eduard Tubin, Edgard Varèse, Eugène Ysaÿe, Ellen Taafe Zwilich.

Prénoms abrégés dans un texte lu à voix haute : Abréger un prénom dans un texte destiné à être lu à haute voix force le lecteur à toujours se demander s'il faut le lire tel qu'écrit, ce qui paraîtrait ridicule (P. Boulez), ou fournir le nom au long, ce qui obligerait une personne autre que l'auteur à faire une recherche préalable.

Le compositeur et chef d'orchestre Pierre Boulez écrivait en 1952 la phrase lapidaire « Schönberg est mort ».
Le compositeur et chef d'orchestre P. Boulez écrivait en 1952 la phrase lapidaire « Schönberg est mort ».

Il s'agit d'une technique souvent utilisée par Frédéric Chopin.
Il s'agit d'une technique souvent utilisée par Chopin.
Il s'agit d'une technique souvent utilisée par F. Chopin.

Utilisation du nom de famille seul au début d'un paragraphe : Dans le cas où un éditeur imposerait l'abréviation des prénoms, on ne donnera pas au début d'un paragraphe le nom de famille seul ou accompagné du prénom, pour écrire plus loin dans le même paragraphe ou dans une note le nom précédé de l'initiale du prénom. Le nom de famille suffit généralement pour les mentions subséquentes à l'intérieur d'un même paragraphe.

Joseph Kerman est l'auteur d'un ouvrage réputé sur les quatuors à cordes de Beethoven, paru à l'origine en 1967 chez Knopf. [...] Kerman a aussi publié en 1985 un ouvrage fondamental sur la musicologie.
Joseph Kerman [ou, pire encore : Kerman] est l'auteur d'un ouvrage réputé sur les quatuors à cordes de Beethoven, paru à l'origine en 1967 chez Knopf. [...] J. Kerman a aussi publié en 1985 un ouvrage fondamental sur la musicologie.

Franz Liszt fait souvent appel à la transformation de thèmes.
[Note] Pour un traitement détaillé de l'utilisation de la technique de transformation de thèmes chez Liszt, voir le livre de [...]
[Note] Pour un traitement détaillé de l'utilisation de la technique de transformation de thèmes chez F. Liszt, voir le livre de [...]

Noms sans prénoms connus : Dans le cas d'une personne inconnue dont le nom n'apparaît dans aucun ouvrage de référence et dont une source ne donne que l'initiale du prénom, il est préférable d'ajouter un certain plutôt que de simplement reproduire le nom avec son initiale. La précaution permet de montrer qu'il a été impossible de préciser l'identité de la personne et que son nom est probablement inconnu de la majorité des lecteurs.

Comme l'écrivait un certain G. C. Krebs dans son compte rendu de la création de l'opéra en 1931, [...]
Comme l'écrivait G. C. Krebs dans son compte rendu de la création de l'opéra en 1931, [...]

Prénoms de personnes portant le même patronyme

Si une phrase contient les noms de personnes portant le même patronyme, on doit fournir le prénom, qui peut être placé entre parenthèses.

Le programme de l'examen comportera une cantate d'Alessandro Scarlatti et un lied de Richard Strauss.
On entendra des œuvres de Domenico Scarlatti et de Johann Strauss.
Parmi les compositeurs entendus, Schumann, Brahms et Richard Strauss étaient ses préférés.

Références aux compositrices

Dans des textes savants, à tout le moins, on devrait généralement éviter de faire référence à une compositrice seulement au moyen de son prénom, alors qu'on parle souvent d'un homme uniquement en se servant de son nom de famille. L'exemple le plus frappant est celui de Clara Schumann, que plusieurs auteurs identifient comme « Clara », alors que son mari est appelé « Schumann », mais on peut aussi penser à Fanny Mendelssohn et à Alma Mahler.

Distinction entre noms d'artistes ou de groupes et titres d'albums éponymes

Particulièrement dans le domaine de la musique populaire, il faut distinguer par la typographie le nom d'un artiste ou d'un groupe et le titre d'un album éponyme, soit un disque possédant comme titre le nom de l'artiste ou du groupe. Le nom s'écrit en romain et le titre de l'album en italique.

Ils écoutaient constamment Harmonium {le groupe}.
Ils écoutaient constamment Harmonium {l'album éponyme} {Il serait préférable de préciser de quoi il s'agit; Ils écoutaient constamment l'album Harmonium.}.

Abréviation des prénoms

Principes d'abréviation des prénoms français

Si l'on doit absolument abréger les prénoms (malgré ce qui a été présenté plus haut), on peut conserver la ou les lettres initiales du nom suivies d'un point ainsi que, le cas échéant, le trait d'union. (Une pratique courante dans les publications britanniques consiste dans l'abréviation sans point.)

Pierre = P.
Jean-Pierre = J.-P.

On peut aussi utiliser un système plus complexe, qui permet de réduire le nombre de possibilités.

Prénoms commençant par deux consonnes à valeur unique (digramme) : utiliser le digramme.

Ch. = Charles, Charlotte
Th. = Théodore, Thérèse

Prénoms commençant une consonne ou par deux consonnes à valeur unique (digramme) suivies des lettres l ou r : utiliser l'initiale ou le digramme en ajoutant, le cas échéant, la consonne supplémentaire.

Chr. = Christian(e), Christoph(e) {mais J.-C. = Jésus-Christ}
Cl. = Claude, Claudin(e), Clément
Fr. = Francine, Francis, François(e), Frédéric/que

Prénoms composés : utiliser les principes mentionnés plus haut en reliant les initiales par un trait d'union insécable dans le cas des prénoms français (le trait d'union ou l'espace doit être insécable pour éviter que des lettres ne se retrouvent sur des lignes différentes).

J.-P. = Jean-Paul
J.-S. = Jean-Sébastien {mais J. S. pour Johann Sebastian}
L.-Ph. = Louis-Philippe
C. P. E. = Carl Philipp Emanuel {On n'ajoute pas de traits d'union dans les prénoms étrangers.}

Abréviations possibles ou obligatoires de prénoms étrangers

Abréviations possibles

Bach, C. P. E. (Carl Philipp Emanuel)
Bach, J. C. (Johann Christian, Johann Christoph) {Le problème posé par l'utilisation des abréviations apparaît ici clairement.}
Bach, J. S. {Le compositeur dont le nom est le plus susceptible d'être abrégé est Johann Sebastian Bach. Comme il est toujours préférable de donner les noms dans la langue d'origine, on utilisera J. S. (soit Johann Sebastian) plutôt que J.-S. (soit Jean-Sébastien).}
Bach, W. F. (Wilhelm Friedemann)

Abréviations obligatoires

Bach, P. D. Q. {Le prénom de ce fils fictif de Johann Sebastian Bach (1807-1742)?, qui provient de l'imagination du compositeur Peter Schickele, correspond à l'abréviation de l'expression pretty damn quick.}
Beach, Mrs. H. H. A. {Le mari de la compositrice américaine se prénommait Henry Harris Aubrey, mais ses prénoms sont toujours abrégés, de telle sorte que Mrs. Beach était connue sous le nom donné en rubrique.}

Respect de la forme d'origine des noms et des prénoms

Même dans des textes rédigés à l'intention d'un public non spécialisé, il est important de respecter le plus fidèlement possible la forme d'origine des noms et des prénoms, y compris les accents sur les majuscules et les autres signes diacritiques ainsi que les particules nobiliaires, ou encore la transcription adoptée par les personnes concernées et utilisée de façon universelle. Il ne faut pas non plus ajouter de traits d'union dans les prénoms composés dans des langues qui n'en utilisent pas.

En règle générale, il faut éviter de franciser les prénoms. On peut cependant les traduire si le respect de la langue d'origine risque de faire pédant ou déplacé dans un contexte donné. L'adaptation à la langue locale a été pratiquée de manière systématique en France au moins jusqu'au deuxième quart du XXe siècle. Cette pratique était aussi courante en Italie, où l'on pouvait lire des textes au sujet de « Riccardo Wagner », et en Allemagne où l'on voyait souvent « Anton Dvorak » (sans les signes diacritiques). Cette dernière forme se lit encore souvent en français.

Traductions et adaptations fautives ou à éviter

Traductions françaises courantes sur les pages de titre et dans les revues françaises anciennes :

Charles Szymanowski; Karol
Charles-Marie de Weber; Carl Maria von Weber

Ajout de signes diacritiques :

Aïda, Aida
Barenboïm, (Daniel) Barenboim

Ajout de traits d'union :

Johann-Sebastian Bach; Johann Sebastian
Bernd-Aloïs Zimmermann; Bernd Alois

Changement des terminaisons sky en ski, off en ov, et zy en zi {voir aussi Noms de personnes > Terminaisons des noms de consonance slave} :

Leopold Godowski; Godowsky
Alexander Zemlinski; Zemlinsky
Vladimir Ashkenazi; Ashkenazy

Traductions possibles ou parfois souhaitables

Le contexte plus ou moins savant déterminera si l'on doit favoriser l'utilisation des formes d'origine des noms. Certaines figures canoniques ont un prénom francisé bien implanté dans la pratique, et il pourrait paraître déplacé d'insister pour conserver la forme d'origine, qui pourrait cependant être appropriée dans certains cas.

Dans le cas des personnages d'opéras, on peut adopter en règle générale la forme utilisée dans la partition lorsque l'œuvre est chantée dans la langue d'origine et qu'elle met en scène des personnages fictifs. On utilisera habituellement les formes françaises traditionnelles dans le cas de personnages historiques comme des souverains dont on n'entend jamais les noms autrement. C'est le cas de Charles-Quint plutôt que Karl V. (Karl der Fünfte; la lettre V est suivie d'un point puisque les chiffres ordinaux s'écrivent ainsi en allemand) dans l'opéra éponyme de Ernst Krenek, ou Henri [VIII] plutôt que Enrico dans Anna Bolena de Donizetti.

Compositeurs et artistes : Johann Sebastian (Jean-Sébastien), Michelangelo (Michel-Ange), Bernini (le Bernin), Leoninus (Léonin), Perotinus (Pérotin), etc.

Personnages d'opéras : Elektra (Electre), Elizabeth (Élisabeth), Zerbinetta (Zerbinette), etc.

Années de naissance et de mort

Personnes peu connues : Il est souvent souhaitable de donner les années de naissance et de mort des personnes dont on parle, particulièrement lorsqu'elles sont peu connues. Le contexte dictera la solution la plus appropriée.

En 1879, le jeune compositeur Wilhelm Kienzl (1857-1941) a fait en sorte que Busoni [âgé de 13 ans] puisse travailler avec son propre professeur, Wilhelm Mayer (1831-1898), qui composait sous le pseudonyme de W. A. Rémy. {Dans un texte sur Busoni, les dates de Kienzl permettent de voir que celui-ci avait alors 22 ans et d'évaluer la différence d'âge entre lui, Busoni et leur professeur. Les dates de Kienzl et de Mayer sont utiles, puisqu'il s'agit de personnes relativement peu connues.}
Au cours de sa longue carrière, le pianiste Artur Rubinstein (1887-1982) a joué de nombreuses œuvres de Frédéric Chopin (1810-1849). {Dans un texte de nature générale sur la musique pour piano ou sur les pianistes, les dates de Rubinstein permettent de voir qu'il a eu une longue vie. Toutefois, on pourrait considérer celles de Chopin comme superflues dans un texte destiné à un public de musiciens pour qui la précision serait superflue. De plus, le nom complet, avec ses dates, aurait pu être mentionné plus tôt dans le texte, à un moment où la précision aurait été appropriée. Dans le présent exemple, on pourrait simplement se limiter au nom de famille, Chopin.}
Sa tournée de concerts avait fait l'objet d'une chronique du critique Leonard Liebling (1874-1945), le rédacteur du Musical Courier.

Personnes connues : Pour les personnes très connues, comme Bach, Mozart, Beethoven et Wagner, qui forment le canon de la musique savante de tradition européenne, il peut être exagéré, dans bien des cas, de donner les dates. C'est le contexte qui déterminera s'il est utile de les préciser.

Quand on pense aux œuvres immortelles qu'ont laissées Bach, Mozart et Beethoven, [...]

Dates et forme complète du nom : On donne les dates uniquement si on écrit le nom au complet. Lorsque le contexte ne semble pas justifier la présence du prénom, c'est que la personne est assez connue pour que ses dates soient superflues ou du moins peu utiles.

Il consacrera une grande partie de sa carrière à Frédéric Chopin (1810-1849) et à Franz Liszt (1813-1883).
Il consacrera une grande partie de sa carrière à Chopin (1810-1849) et à Liszt (1813-1883).

Indication du nom de naissance : Si l'on doit ajouter le nom que portait une femme avant son mariage (nom de naissance, longtemps appelé nom de jeune fille), on ajoute la précision née suivie du nom.

Marthe Martine (née Boutte)

Si le contexte impose de préciser les années de naissance et de mort, on sépare les deux éléments par un point-virgule plutôt que par une virgule.

Marthe Martine (née Boutte; 1891-1948)

Utilisation d'une forme courte : Lorsque la forme d'origine d'un nom est très longue et que l'on souhaite utiliser une forme courte, on ajoute la précision dorénavant entre parenthèses, suivie au besoin des années de naissance et de mort, précédées d'un point-virgule.

Hans Bronsart von Schellendorf (dorénavant Bronsart; 1830-1913)

Indication de source : On rendra service à bien des lecteurs, et plus particulièrement aux chercheurs, en identifiant la source obscure, peut-être unique (catalogue de bibliothèque, critique, document d'archive, etc.), qui a permis de fournir après maintes recherches l'information pertinente au sujet de personnes peu connues. Il convient généralement de limiter la précision aux personnes qui ont un lien direct avec le sujet traité et, habituellement, de présenter les dates lors de la première mention.

Accueil | À propos du site | Pages essentielles | Bibliographie
Aide | Plan du site | Liste alphabétique des noms de fichiers
Modifications récentes et nouvelles | Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l'exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2020-06-09
© Marc-André Roberge 2020
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec