Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Rédaction scientifique > Questions stylistiques

Élision et disjonction dans les noms et mots français et étrangers

La section suivante présente les contextes dans lesquels l'élision avec un article ou une préposition de même que la disjonction sont possibles, interdits ou à éviter et fournit quelques exemples. Les exemples donnés ne constituent évidemment qu'une sélection.

La disjonction est le fait qu'un mot commençant phonétiquement par une voyelle se comporte par rapport aux mots qui précèdent comme s'il commençait par une consonne; il s'agit donc d'une absence d'élision.

Élision obligatoire (devant un h muet)

l'harmonica
l'harmonie
l'harmonique
l'harmonium
l'hosanna
l'hydraule

Élision souvent possible devant une voyelle (disjonction possible)

On omet l'élision lorsqu'un prénom est abrégé (ce que l'on devrait d'ailleurs éviter à tout prix).

{forme correcte} Une sonate de A. Scriabine
{forme fautive} Une sonate d'A. Scriabine

Il est aussi souhaitable de renoncer à l'élision avec un titre entre guillemets pour éviter une rencontre inélégante de signes typographiques, p. ex. avec une apostrophe.

{forme correcte} Bien que le « Ah, fors'è lui » ait été bien chanté, le « Sempre libera » s'est avéré une catastrophe.
{forme fautive} Bien que l'« Ah, fors'è lui » ait été bien chanté, le « Sempre libera » s'est avéré une catastrophe.

Pour éviter une apostrophe en fin de ligne, l'élision est aussi omise sur une affiche ou dans un document qui n'est pas du texte suivi. Le prénom (ou le nom) et le mot qui le précède doivent apparaître sur la même ligne ou sur deux lignes différentes.

{exemple} Poème de l'extase
d'Alexandre Scriabine
{exemple} Poème de l'extase
de
Alexandre Scriabine

d'Adams
d'Albéniz
d'Elgar
d'Ireland
d'Obrecht
d'Ornstein
d'Ussachevsky
d'Yon {de Yon semble préférable pour préserver la prononciation}
l'Allgemeine Musikzeitung

Élision peu euphonique devant une voyelle ou une semi-voyelle (à éviter)

Dans plusieurs cas, on omet l'élision pour permettre de prononcer un nom étranger comme dans la langue d'origine, donc d'éviter une prononciation incorrecte. Comme la liaison n'existe pas dans la langue des noms ou termes ci-dessous (et dans d'autres non répertoriés), il faut éviter de créer une impression sonore qui serait considérée comme fautive si le mot était ainsi inséré dans une phrase.

d'Einem
d'Ernst
d'Hitler
d'Ives
d'Eltsine, d'Evgeni {Il faut absolument éviter l'élision puisque le e russe dans se nom se prononce [jiv].}
de Euston
de Yaroslavna, complainte {dans Le prince Igor de Borodine}
de Yon {d'Yon d'après la tradition française}
de York {d'York d'après la tradition française}
l'Art Gallery
l'Auld Alliance
la University of Western Ontario
que Eugene {prénom anglais; qu'Eugène est cependant correct en français}

Élision exceptionnelle

d'Hamlet
Les contes d'Hoffmann

Disjonction obligatoire devant un h (parfois) aspiré

à la hongroise
de Hambourg {mais aussi d'Hambourg}
de Harvard
de Haydn
de Heidelberg {mais aussi d'Heidelberg}
de Hindemith
la habanera
la harpe
la haute-fidélité
la Hongrie
le hautbois
le hit-parade
les Huguenots

Utilisation de la virgule

La section suivante ne reprend pas l'ensemble des règles relatives à l'utilisation de la virgule en français. Elle attire seulement l'attention sur quelques principes simples mais souvent ignorés qui permettent de ponctuer un texte correctement.

Incises et appositions

Tout groupe de mots (explication, apposition, relative explicative) pouvant être omis sans changer le sens de la phrase doit être précédé et suivi d'une virgule. Il s'agit de ce que l'on appelle la « virgule double ». Une faute très fréquente consiste à oublier la deuxième virgule (les deux virgules, en gras, sont suivies par des astérisques dans les exemples ci-dessous pour mieux les faire ressortir).

{exemple} Erich Wolfgang Korngold,* l'un des plus célèbres enfants prodiges de l'histoire de la musique,* n'avait que 18 ans lors de la création de son premier opéra.
{exemple} Le compositeur de l'Opus clavicembalisticum,* Kaikhosru Shapurji Sorabji,* avait lui-même donné la création de son magnum opus en 1930.
{exemple} Ferruccio Busoni,* qui a commencé à composer à l'âge de 7 ans,* avait déjà écrit plus de 200 œuvres avant d'atteindre l'âge adulte.

Conjonctions

car, mais, or : Les conjonctions car, mais et or, ainsi que les autres conjonctions qui expriment une restriction, sont toujours précédées d'une virgule lorsqu'elles introduisent une proposition.

{exemple} Wagner a dû quitter l'Allemagne en 1849, car son attitude dans les soulèvements de Dresde avait amené les autorités à émettre un mandat d'arrestation contre lui.

Il faut éviter de commencer une phrase par ces conjonctions.

{forme correcte} Il n'avait repris la composition de sa sonate qu'à l'automne 1828, car il avait été gravement malade pendant près de trois mois.
{forme fautive} Il n'avait repris la composition de sa sonate qu'à l'automne 1828. Car il avait été gravement malade pendant près de trois mois.

et dans les énumérations : En français, on n'utilise pas de virgule devant le dernier élément d'une énumération (contrairement à l'anglais américain, mais pas à l'anglais britannique). Malgré tout, on peut en ajouter une si les éléments sont complexes ou si le besoin de clarté l'exige. C'est le cas lorsque la conjonction de coordination et est utilisée plusieurs fois. Si les éléments contiennent eux-mêmes une virgule, on utilise un point-virgule.

{exemple} Nous avons entendu des œuvres de Bach, de Beethoven et de Brahms.
{exemple} Le concert réunissait le chanteur allemand X, grand interprète de Brahms; le pianiste russe Y, un des meilleurs élèves de Heinrich Neuhaus; et le clarinettiste français Z, qui a déjà joué plusieurs fois dans cette salle.
{exemple} Le Codex Faenza contient entre autres des ballades de Guillaume de Machaut, des madrigaux de Jacopo da Bologna et de Bartolino de Padua, et des ballate de Francesco Landini.

et entre deux propositions : Il est souhaitable de mettre une virgule avant et lorsque le sujet du deuxième membre de phrase est différent ou chaque fois que la phrase gagne en clarté.

{exemple} Les opéras de Puccini sont joués de façon régulière dans toutes les grandes maisons, et le public se presse toujours pour se procurer des billets.

Utilisation des prépositions à, de et en

Répétition systématique : Les prépositions à, de et en doivent normalement être répétées devant tous les éléments du régime.

{forme correcte} Elle donnera au cours des prochains mois un récital composé d'œuvres de Chopin, de Schumann et de Liszt à Londres, à Paris et à Berlin; par la suite, elle reprendra le même programme en Autriche, en Suisse et en Italie.
{forme fautive} Elle donnera au cours des prochains mois un récital composé d'œuvres de Chopin, Schumann et Liszt à Londres, Paris et Berlin; par la suite, elle reprendra le même programme en Autriche, Suisse et Italie. {Si les prépositions à et de peuvent à la rigueur être omises sans trop de problèmes, la répétition de en (devant les noms de pays) est par contre essentielle.}

{forme correcte} De nombreux auteurs, en parlant de Liszt, se sont opposés à sa virtuosité flamboyante, à sa production surabondante et à ses nombreux arrangements.
{forme fautive} De nombreux auteurs, en parlant de Liszt, se sont opposés à sa virtuosité flamboyante, sa production surabondante, ses nombreux arrangements. {L'omission de la préposition à laisse clairement sentir qu'il manque quelque chose à la phrase pour être complète.}

{forme correcte} On peut attribuer la confusion à l'ignorance des concepts de base, à l'incompétence, à une attitude désinvolte et à la recherche de l'effet.
{forme fautive} On peut attribuer la confusion à l'ignorance des concepts de base, l'incompétence, une attitude désinvolte et la recherche de l'effet. {La présence d'un élément introduit par un article indéfini plutôt que défini montre à quel point la répétition de la préposition à est essentielle.}

{forme correcte} Les candidats venaient de Singapour, de la Corée du Sud, des États-Unis et de la Russie.
{forme fautive} Les candidats venaient de Singapour, Corée du Sud, États-Unis et Russie. {Les pays énumérés ici appellent l'utilisation des formes simples et contractées des déterminants ou l'absence de déterminant. La clarté et l'euphonie exige la répétion du de.}

Longues énumérations : Il est néanmoins possible d'éviter la répétition systématique de la préposition de si le nombre d'éléments dépasse trois ou quatre en ajoutant une précision suivie de comme ou de tel(le)s. La conjonction de coordination et avant le dernier élément n'est pas vraiment essentielle et peut être remplacée par une virgule.

{exemple} Nous avons écouté des enregistrements de Midori, de Hilary Hahn, de Janine Jansen et de Julia Fischer.
{exemple} Nous avons écouté des enregistrements de violonistes comme (telles) Midori, Hilary Hahn, Janine Jansen et Julia Fischer.

Omissions possibles : On peut omettre la répétition de la préposition de dans des contextes où l'exagération deviendrait trop évidente, comme dans une affiche de concert.

{exemple} Œuvres de Bach, Beethoven, Mozart, Schubert, Liszt, Debussy

Il ne faut pas répéter la préposition de lorsqu'on mentionne des auteurs formant une paire ou considérés comme tels dans un contexte donné.

{exemple} On pourra voir au cours de la prochaine saison The Pirates of Penzance de Gilbert et Sullivan, puis Die Dreigroschenoper de Brecht et Weill, pour finir par Carmen de Bizet et Faust de Gounod, écrits respectivement sur des librettos de Meilhac et Halévy et de Carré et Barbier.

Temps de verbes

La section suivante propose quelques principes relatifs à l'utilisation des temps de verbes. En règle générale, ou à moins de manier la langue avec beaucoup d'aplomb, il est préférable d'éviter ce temps qui peut paraître démodé aux yeux et aux oreilles de plusieurs qu'est le passé simple et de favoriser le présent, l'imparfait, le passé composé et le futur.

Présent historique

Les textes de nature analytique s'écrivent au présent historique et non en utilisant des temps exprimant le passé, lesquels conviennent avant tout aux textes narratifs ou historiques.

{exemple} Brahms module ensuite à la tierce pour la présentation du deuxième thème.

Le présent historique permet aussi de donner plus de vie aux textes de nature historique et d'éviter les terminaisons vieillies du passé simple.

{forme correcte} Ferruccio Busoni naît (est né) à Empoli, près de Florence, le 1er avril 1866.
{forme fautive} Ferruccio Busoni naquit à Empoli, près de Florence, le 1er avril 1866.

Le présent s'impose aussi lorsque les faits relatés n'ont jamais cessés d'être vrais. Le passé simple, dans l'exemple suivant, est clairement incorrect.

{forme correcte} Ses compositions comprennent 21 opéras et 12 oratorios.
{forme fautive} Ses compositions comprirent 21 opéras et 12 oratorios.

Imparfait d'habitude

L'imparfait anglais (angl. simple past), temps habituel de la narration, est trop souvent rendu dans des traductions françaises par le passé simple, ce qui fausse la perspective voulue par l'auteur. La description d'événements qui se sont déroulés pendant une période plus ou moins longue convient très bien à l'imparfait d'habitude.

{exemple} Phrase de départ : His contemporaries included such outstanding pianists as Friedman and Hoffman.
{forme correcte} Ses contemporains comptaient des pianistes aussi exceptionnels que Friedman et Hoffman.
{forme fautive} Ses contemporains comptèrent des pianistes aussi exceptionnels que Friedman et Hoffman.

{exemple} Phrase de départ : Liszt was one of the greatest pianists of his epoch; he made a very important contribution to the evolution of piano playing.
{forme correcte} Liszt était l'un des plus grands pianistes de son époque; il a apporté une contribution très importante à l'évolution du jeu pianistique.
{forme fautive} Liszt fut l'un des plus grands pianistes de son époque; il apporta une contribution très importante à l'évolution du jeu pianistique.

De même, les faits qui n'ont jamais cessé d'être vrais exigent l'imparfait d'habitude.

{forme correcte} Ses premières œuvres de musique de chambre étaient des essais {comme elles le sont encore}.
{forme fautive} Ses premières œuvres de musique de chambre furent des essais.

{forme correcte} Il avait beaucoup d'affection pour la musique de chambre {comme il n'a probablement pas cessé d'en avoir à un certain moment de sa carrière}.
{forme fautive} Il eut beaucoup d'affection pour la musique de chambre.

Passé composé

Le passé composé s'utilise lorsqu'il s'agit de décrire un fait passé mais dont les conséquences sont encore présentes, situation pour lequel on utilise trop souvent, et de façon incorrecte, le passé simple.

{forme correcte} Brahms a écrit (est l'auteur de si l'on préfère le présent) quatre symphonies qui font partie du répertoire de tous les orchestres symphoniques.
{forme fautive} Brahms écrivit quatre symphonies qui font partie du répertoire de tous les orchestres symphoniques.

Passé simple

Le passé simple s'utilise pour décrire des actions qui se sont déroulées dans un passé éloigné, révolu, et qui n'ont pas de lien avec le présent. Il s'agit d'un temps approprié pour la narration d'événements passés. On ne devrait donc pas s'en servir pour parler d'un passé récent ou des faits et gestes de personnes vivantes, au risque de suggérer qu'elles sont mortes. Une critique paraissant dans les jours suivant un concert est donc peu susceptible de devoir faire appel au passé simple.

{exemple} Il [compositeur du passé] fit alors appel à son jeune élève pour le remplacer à la direction de cet important concert.

{forme correcte} Il [pianiste encore vivant] a souvent joué avec des partenaires de renom.
{forme fautive} Il [pianiste encore vivant] joua souvent avec des partenaires de renom.

On évitera le passé simple lorsque les faits relatés sont encore vrais et pertinents.

{exemple} Beethoven a été l'un des grands compositeur de son époque {étant donné que la chose a été vraie pendant de nombreuses années}.
{forme correcte} Beethoven est l'un des grands compositeurs de l'histoire {étant donné qu'il l'est encore}.
{forme fautive} Beethoven fut l'un des grands compositeurs de l'histoire.

Voix active et passive

Particulièrement dans des textes d'analyse, il ne faut pas hésiter à donner la priorité au nom de la personne qui pose l'action en utilisant la voix active. Ceci permet d'éviter la voix passive, qui devient rapidement très lourde. On peut ainsi personnaliser le discours en laissant comprendre que la musique n'est pas une activité sèche, mais le résultat d'un acte créateur d'une personne.

{forme correcte} Liszt insère une longue cadence qui constitue une extension sur la dominante.
{forme fautive} Une longue cadence qui constitue une extension sur la dominante est insérée.

Mots ou formulations à éviter

La section suivante attire principalement l'attention sur quelques mots ou expressions passe-partout trop souvent employés et que l'on devrait éviter par souci de clarté, d'élégance et de précision.

En ce qui concerne, concernant

Les expressions en ce qui concerne et concernant sont généralement superflues, car leur complément peut le plus souvent faire partie de la proposition qui suit.

{forme correcte} Les chercheurs s'accordent pour dire que le prologue a été perdu.
{forme fautive} Concernant le prologue, les chercheurs s'accordent pour dire qu'il a été perdu.

Enjeu

Le mot enjeu, qui désigne une somme d’argent mise en jeu ou ce que l’on peut gagner ou perdre, p. ex. dans une compétition, est de plus en plus utilisé pour décrire toute situation où il peut y avoir plus d'une approche, d'un choix, d'une façon de voir, d'une possibilité, etc. Une fiche de 2002 de l’Office québécois de la langue française le considérait déjà comme un emploi abusif. L'organisme suggère plutôt « problème, sujet, question, thème, problématique, dossier, conséquence, objectif, préoccupation », ce à quoi on peut ajouter difficulté, incertitude, etc. L'usage abusif a pris au cours des dernières années les proportions d'une épidémie non seulement dans la presse parlée et écrite mais aussi dans le langage courant. Dans le monde universitaire, on l'utilise de plus en plus souvent pour désigner simplement les questions relatives au sujet étudié.

Il est ... de ...

Les expressions comme Il est intéressant (important) de noter…, Il est à remarquer que…, Il faut dire que…, On sait que…, Personne n'ignore que… n'apportent rien à une phrase et peuvent généralement être remplacées par une formulation plus directe.

{forme correcte} Le deuxième thème est présenté dans la tonalité de la médiante plutôt que de la dominante.
{forme fautive} Il est intéressant de noter que le deuxième thème est présenté dans la tonalité de la médiante plutôt que de la dominante.

En conclusion..., Pour conclure...

On peut facilement éviter une tournure qui annonce sans subtilité ce que l'on s'apprête à faire en insérant un mot dans la phrase.

{forme correcte} Il ne fait donc pas de doute que Liszt a joué un rôle essentiel dans le développement du jeu à trois mains.
{forme fautive} En conclusion, on peut dire que Liszt a joué un rôle essentiel dans le développement du jeu à trois mains.

Au niveau de

L'expression au niveau de signifie à la même hauteur que ou à la portée de; elle peut aussi s'utiliser dans le sens de à l'échelon de. Elle est inappropriée lorsqu'elle n'exprime pas une hiérarchie verticale.

{forme correcte} À force de travailler, l'élève a fini par arriver au niveau de son maître.
{forme correcte} Ce cahier contient des pièces qui sont au niveau des enfants de 10 ans et moins.
{forme correcte} Cette question a été réglée au niveau de la faculté.

On peut cependant souvent contourner l'expression en reformulant en donnant la priorité au véritable sujet de la phrase, soit la personne ou l'organisme qui pose un geste. L'exemple précédent pourrait facilement devenir :

{exemple} La faculté a réglé cette question.
{exemple} C'est la faculté qui a réglé cette question.

L'expression au niveau de est trop souvent (ou presque toujours) utilisée abusivement dans le sens de :

Elle peut presque toujours être évitée, le plus souvent en utilisant une simple préposition.

{forme correcte} Cet étudiant a beaucoup de difficulté en harmonie.
{forme fautive} Cet étudiant a beaucoup de difficulté au niveau des cours d'harmonie.

{forme correcte} L'étudiante a été déçue par l'évaluation des juges.
{forme fautive} L'étudiante a été déçue au niveau de l'évaluation des juges.

{forme correcte} Cette personne travaille depuis longtemps dans le domaine de la musique.
{forme fautive} Cette personne travaille depuis longtemps au niveau de la musique.

Pour un exposé plus détaillé du problème et d'autres exemples, voir Roberge 1994.

Utilisation incorrecte de la terminologie musicale

Connaître et comprendre le sens des termes spécialisés est essentiel de manière à ne pas se ridiculiser. Il est fréquent que des amateurs, dont on ne peut mettre en doute les bonnes intentions, se fourvoient en s'aventurant dans un domaine qui n'est pas le leur et cherchent parfois même à inventer des mots. Mal utiliser un terme spécialisé équivaut à tourner un scène de film où un menuisier enfoncerait un clou avec le manche de son marteau plutôt qu'avec le fer. Comme toute personne sait de quelle façon se tient cet outil, la faute serait immédiatement apparente, mais comme relativement peu de gens ont une véritable connaissance de la terminologie musicale, l'erreur ne frappe pas la majorité des lecteurs ou auditeurs.

{forme correcte} Cette mélodie est très belle (équilibrée, souple).
{forme fautive} Cette mélodie est très harmonieuse.

{forme correcte} Son concert avec l'Orchestre philharmonique de Berlin aura été le point culminant (un grand moment, le clou) de sa carrière.
{forme fautive} Son concert avec l'Orchestre philharmonique de Berlin aura été le point d'orgue de sa carrière. {Les dictionnaires acceptent le terme point d'orgue au sens figuré pour désigner un temps d'arrêt ou une finale solennelle. Son utilisation dans le langage courant est douteuse puisque le lecteur sans connaissances musicales ne peut avoir aucune idée de ce qu'il signifie véritablement, soit la prolongation à volonté d'une sonorité (souvent, mais pas nécessairement, au moment d'un sommet dynamique ou expressif) ou encore l'endroit où commence la cadence dans un concerto.}

{forme fautive} Cette musique a une belle tonalité. {Une tonalité ne peut pas être belle.}

{forme fautive} La tonalité très intime d'un lied. {Dans le sens de caractère}

{forme fautive} La pianiste a un beau doigté.

{forme fautive} Il faut ajuster la sonalité du piano. {L'exemple est tiré d'une explication que m'avait donnée mon accordeur de piano quand j'étais adolescent. Le mot a cependant déjà été utilisé dans François Camille Antoine Durutte, comte d'Ypres, Esthétique musicale : Technie, ou lois générales du système harmonique (Paris : Mallet-Bachelier et E. Girod, 1855), pour signifier « le système entier des sons sensibles pour l'homme » (p. ix).}

Participe sans soutien

La construction appelée « participe sans soutien » (angl. dangling modifier, dangling participle), erreur très fréquente en anglais, se voit de plus en plus dans des textes en français. Elle comprend un participe présent détaché qui ne se rapporte pas au sujet de la phrase.

{forme correcte} Ayant abandonné très tôt ses études, ce compositeur a écrit des œuvres qui comportent de nombreuses failles.
{forme fautive} Ayant abandonné très tôt ses études, les œuvres de ce compositeur comportent de nombreuses failles. {Le véritable sujet de la phrase est le compositeur et non ses œuvres.}

Registre de langue

Clichés

Les textes de nature savante ou, du moins, dans un style soutenu, devraient éviter les expressions populaires qui peuvent facilement détonner dans un tel contexte.

{exemple} dans la Belle Province {le Québec}
{exemple} la langue de Shakespeare {l'anglais}
{exemple} la patrie de Goethe et de Schiller {l'Allemagne}

Humour de connivence

Lorsqu'on écrit à l'intention d'un vaste public, il vaut mieux renoncer à l'humour de connivence (blague d'initiés), autrement dit à une plaisanterie qui ne sera comprise que par un petit nombre de personnes.

Mystères

Il vaut mieux ne pas présumer des connaissances des lecteurs et éviter des formulations contenant un mystère, une devinette.

{forme correcte} Rudolf Wagner-Régeny, qui n'appartient pas à la famille du célèbre compositeur Richard Wagner, ...
{forme fautive} Rudolf Wagner-Régeny, qui n'appartient pas à la famille que l'on sait, ...

Expressions péjoratives ou inappropriées

Il vaut toujours la peine de vérifier dans le dictionnaire si un mot ou une expression correspond vraiment à ce que l'on veut dire et que la nuance est la bonne, que le niveau de langue est le bon. Les termes les plus simples sont généralement les meilleurs.

{forme correcte} La musique de scène qu'il a écrite (composée) pour cette pièce est remarquable.
{forme fautive} La musique de scène qu'il a concoctée pour cette pièce est remarquable.

On doit s'assurer que les mots ne présentent pas la réalité d'une façon diminuée ou dont l'amateurisme pourrait faire sourire mais reflètent la réalité.

{forme correcte} C'est à cette époque que Beethoven écrit ses plus grandes œuvres.
{forme fautive} C'est à cette époque que Beethoven écrit ses plus belles pièces musicales. {Une pièce est de dimensions réduites, alors qu'il est question ici de compositions substantielles.}

Langage lourd et obscur

Même s'il est essentiel d'utiliser la terminologie propre à un domaine du savoir, il vaut mieux éviter toute langue inutilement compliquée qui alourdit et obscurcit le texte. Traiter de concepts complexes d'une façon qui, au lieu de les clarifier, en limite la compréhension aux seuls initiés, équivaut à ne pas réussir à communiquer. Il s'agit même d'un manque de respect pour les lecteurs. D'ailleurs, ceux-ci pourront bien ne pas en comprendre grand-chose même si, dans certains cercles, ils feront comme si tout était clair pour ne pas se sentir humiliés devant leurs pairs et ne l'admettront qu'en secret. Quiconque tient en horreur le jargon inutile pourra se divertir en consultant les sites suivants :

On a toujours avantage à éviter les phrases longues qui alourdissent le texte; il ne devrait d'ailleurs pas y avoir de honte à le faire. Une phrase longue peut presque toujours être scindée en deux unités distinctes ou en deux propositions séparées par un point-virgule. Non seulement les lecteurs apprécieront, mais l'auteur lui-même pourra mieux se comprendre. Cette exigence est d'autant plus importante lorsqu'on écrit pour le Web, contexte où les phrases longues sont plus difficiles à suivre et risquent d'éloigner le visiteur. Il ne faut pas hésiter à utiliser les listes à puces et les titres de sections ou de rubriques.

Problèmes divers

Clarté du lien entre incise et sujet : Il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de confusion quant au sujet de la phrase, surtout lorsqu'on utilise une incise.

{forme correcte} Cet élève de Liszt qui comptait parmi les pianistes plus connus de son époque a aussi composé plusieurs pièces brillantes. {Il ne doit pas y avoir de virgule avant qui de manière à ce que élève soit compris comme étant le sujet.}
{forme fautive} Cet élève de Liszt, qui comptait parmi les pianistes plus connus de son époque, a aussi composé plusieurs pièces brillantes {La virgule encadrant l'apposition pourrait désigner Liszt comme étant le sujet de la phrase, alors qu'il s'agit plutôt de Carl Tausig dans l'esprit de l'auteur}.
{forme fautive} Élève de Liszt, pianiste parmi les plus connus de son époque, il a aussi composé plusieurs pièces brillantes. {L'incise pourrait se rapporter à Liszt, alors que l'auteur a voulu désigner par le pronom personnel il la personne à laquelle fait référence la dernière partie de la phrase (Carl Tausig).}

Accueil | À propos du site | Pages essentielles | Bibliographie | Aide
Plan du site | Liste alphabétique des fichiers | Modifications récentes et nouvelles
Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2019-09-09
© Marc-André Roberge 2019
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec