Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Guides > Planification d'une carrière en musicologie

La présente page regroupe des suggestions de stratégies à adopter afin de planifier une carrière dans le monde de la musicologie (voir la page What is musicology? sur le site de l'American Musicological Society).

Bibliographie (voir aussi les ouvrages suggérés à la section Publications dérivées de mémoires et de thèses)

Berdahl, Loleen, et Jonathan Malloy. Work Your Career : Get What You Want from Your Social Sciences or Humanities PhD. Toronto : University of Toronto Press, 2018. 208 p.

Furstenberg, Frank F. Behind the Academic Curtain: How to Find Success and Happiness with a PhD. Chicago Guides to Academic Life. Chicago : The University of Chicago Press, 2013. 208 p.

Goldsmith, John A., John Kolmos et Penny Schine Gold. The Chicago Guide to Your Academic Career. Chicago Guides to Academic Life. Chicago : The University of Chicago Press, 2001. 272 p.

Krieger, Martin H. The Scholar's Survival Manual : A Road Map for Students, Faculty, and Administrators. Bloomington et Indianapolis : Indiana University Press, 2013. xxxi, 380 p.

Nattiez, Jean-Jacques. Profession musicologue. Collection « Profession ». Montréal : Les Presses de l'Université de Montréal, 2007. 72 p.

Verba, Cynthia (adapté pour l'American Musicological Society par Cynthia Verba et Richard Crawford). The Ph.D. and Your Career : A Guide for Musicologists. President and Fellows of Harvard College, 1980. 36 p.

Généralités

Passion : Identifiez et développez une passion en matière de répertoire ou de domaine du savoir qui vous amènera à vouloir tout lire, tout voir et tout entendre ainsi qu'à être constamment à l'affût des nouveautés dans un domaine particulier (livres, partitions, disques, concerts). Assistez le plus souvent possible aux concerts.

Développement des connaissances : Comblez sans tarder les lacunes dans votre formation par des lectures et des auditions (avec la partition), car vous devrez probablement vous soumettre au début de votre doctorat à une série d'examens de synthèse qui mettront vos connaissances à rude épreuve.

Planification des études : Cherchez à développer avant de commencer votre maîtrise ou votre doctorat un intérêt très fort dans un domaine particulier du savoir, ce qui vous permettra d'identifier plus facilement un directeur de recherche, un établissement d'enseignement et un domaine de recherche. Rédigez pour votre demande d'admission un texte concis, clair et impeccable faisant état de vos intentions. Il vous sera aussi utile pour vos demandes de bourses, en plus de vous forcer à mettre sur papier des intentions souvent vagues à ce stade.

Polyvalence : Malgré l'importance de la spécialisation dans les études supérieures, pensez à développer une polyvalence, ce qui est souvent requis dans des facultés plus petites ou n'offrant pas de diplômes de deuxième et troisième cycles, où l'on pourra vous demander de donner des cours dans diverses matières.

Plan de carrière : Élaborez rapidement un plan de carrière tenant compte des besoins du marché (besoins des facultés, retraites à venir, nouvelles tendances).

Débouchés : Les études en musicologie peuvent mener à diverses avenues, qu'il s'agisse de musicologie historique ou théorique visant tant la musique de tradition savante que la musique populaire ou encore de recherche-création :

Études

Demandes d'admission : Avant de préparer une demande d'admission dans une université, parcourez le site Web de la faculté où vous souhaitez étudier pour connaître les divers programmes et concentrations de manière à cibler ce qui correspond à votre projet. Voyez qui sont les professeurs en poste et leurs intérêts de recherche. N'hésitez pas à contacter et, idéalement, à rencontrer la ou les personnes avec lesquelles vous voudriez travailler pour obtenir si possible un accord de principe. Évitez de procéder uniquement par courriel. Fournissez une lettre de motivation qui traitera des points suivants :

Si vous faites une demande pour des études dans un pays étranger (dans la langue duquel vous devriez avoir les connaissances suffisantes pour faire les études souhaitées), fournissez des explications sur le contenu des cours pertinents que vous avez suivis (p. ex. histoire de la musique, musicologie, méthodologie, introduction à la recherche, analyse). Envoyez aussi des plans de cours qui permettront aux directions de programme de voir en quoi votre préparation se compare à ce que leur établissement ou des établissements du même type dans le pays offrent. Soyez prêts à soumettre, si on vous le demande, des copies de travaux récents à l'appui de votre demande. Attendez-vous à ce que l'on vous impose une scolarité préparatoire si votre formation n'est pas jugée suffisante.

Bourses : Renseignez-vous le plus rapidement possible sur les bourses d'études offertes par les départements et les organismes subventionnaires de manière à pouvoir soumettre des demandes dans les délais prescrits. N'oubliez pas de prévoir qu'il vous faudra identifier les personnes susceptibles d'écrire de bonnes lettres de recommandation et leur donner assez de temps pour les rédiger. Il arrive trop souvent que des étudiants se réveillent à la dernière minute en demandant une lettre quelques jours avant l'échéance.

Maîtrise des langues : La maîtrise la plus parfaite possible de l'anglais est une condition fondamentale pour effectuer des études supérieures (voire des études de premier cycle). Consacrez si nécessaire toute l'énergie requise à l'étude de cette langue dès le début de vos études de baccalauréat. Étudiez aussi d'autres langues qui seront essentielles à vos recherches (p. ex. allemand, italien, latin) et cherchez à acquérir des rudiments dans d'autres langues importantes, ce qui vous facilitera l'accès à une documentation plus vaste. Même une simple familiarité avec les signes diacritiques d'une langue, qui permet une identification rapide, peut être utile. Un intérêt pour les civilisations en question sera un atout considérable dans la compréhension des langues.

Lieux d'étude : Résistez à la tentation de faire toutes vos études (baccalauréat, maîtrise, doctorat) dans le même établissement d'enseignement. Les comités de sélection des facultés de musique pourraient vous reprocher d'avoir une perspective limitée et choisir d'autres candidats pour éviter la « consanguinité ». Essayez d'étudier dans au moins deux universités, idéalement dans d'autres pays et langues, de manière à découvrir de nouvelles approches, d'être en contact avec des personnes différentes et de profiter de ressources documentaires pleinement adaptées à votre projet.

Emplois : Posez rapidement votre candidature comme correcteur ou assistant de cours (angl. teaching assistant) ou de recherche. Les chercheurs qui ont des subventions de recherche prévoient habituellement des postes budgétaires pour l'engagement d'assistants. Ce type de travail vous permettra d'acquérir une expérience pertinente et sera un atout pour les demandes de bourses. En retour, celles-ci vous aideront à réduire le temps consacré à des emplois qui contribuent peu ou pas à vos études et en retarderont souvent l'achèvement.

Diplomation : Concentrez vos efforts de manière à obtenir votre diplôme le plus rapidement possible, car ceux qui auront déjà terminé leurs études obtiendront les rares postes qui peuvent être offerts dans votre domaine.

Études postdoctorales : Il est de plus en plus fréquent, voire souhaitable, de faire des études postdoctorales (familièrement appelées postdoc) après avoir obtenu son Ph. D. Il s'agit d'une période pendant laquelle un chercheur en début de carrière s'associe pendant quelques mois (ou années) avec une université ou un centre de recherche où il peut faire de la recherche, souvent à l'intérieur d'une équipe, en profitant de l'environnement intellectuel et des ressources qu'offre l'endroit. À cela peuvent s'ajouter une certaine tâche d'enseignement, la participation à des séminaires, etc. On peut obtenir des bourses pour effectuer ces stages. Les études postdoctorales augmentent les chances d'obtenir un poste menant à la permanence (angl. tenure-track position).

Attitude généraliste : Bien que les études de maîtrise et de doctorat visent à former des spécialistes, il faut aussi être un généraliste accompli. Il est fréquent, surtout en début de carrière, d'avoir à donner des cours en dehors de son domaine précis de spécialisation, particulièrement dans des départements de petite taille.

Impact financier sur la retraite : Retardez le moins possible votre entrée en carrière, car toute année perdue aura un impact financier sur votre régime de retraite.

Utilisation des ressources documentaires

Lectures : Lisez (ou du moins parcourez) beaucoup de livres et d'articles spécialisés, et ce, sans négliger les sujets situés en dehors de votre champ d'intérêt immédiat. Vous devez connaître l'état de la recherche dans votre domaine.

Nouvelles acquisitions : Parcourez régulièrement le rayon des nouvelles acquisitions à la bibliothèque pour connaître les nouvelles parutions et les pratiques du monde de l'édition. Consultez aussi la liste New Books in Musicology sur le site de l'American Musicological Society.

Périodiques courants : Faites le tour des derniers numéros des principaux périodiques spécialisés, que ce soit dans une version papier ou en ligne, pour connaître les auteurs, les sujets traités, les nouvelles approches, les débats, etc. Portez une attention spéciale aux pages de publicité, le cas échéant, pour découvrir les nouvelles parutions.

Comme les bibliothèques remplacent de plus en plus les périodiques papier par leurs équivalents en ligne, il est devenu difficile de feuilleter les nouvelles parutions en allant à la bibliothèque. On doit consulter les sites des éditeurs de revue pour avoir accès à la table des matières, mais il faut penser à faire régulièrement, et ce, pour chacune des revues dont on veut suivre le contenu. Ainsi, le passage du papier à l'électronique, qui devait faciliter l'accès, peut paradoxalement le rendre plus difficile. Ne pas faire de vérifications fréquentes amène malheureusement à ignorer l'existence de publications pertinentes ou encore à les découvrir en retard.

Une façon de contourner le problème est de consulter régulièrement les résumés des numéros courants dans le JournalTOCS (géré par la School of Mathematical and Computer Sciences, Heriot-Watt University, Édimbourg) en choisissant le groupe Music dans la catégorie Art (173 périodiques en date du 6 avril 2019).

On peut aussi s'abonner à un service de notifications (angl. alerts) par courriel, p. ex. de la part des éditeurs Oxford University Press et Cambridge University Press.

Contacts avec le milieu

Concours et prix : Inscrivez-vous aux concours de rédaction d'articles et de communications organisés par les sociétés de chercheurs pour vous bâtir rapidement un dossier de réalisations et vous faire connaître; vous en retirerez un avantage marqué dans vos demandes de bourses. Constituez-vous un dossier de publications et de réalisations le plus rapidement possible.

Lectures sur la carrière universitaire et les activités de publication : Lisez des ouvrages généraux sur la préparation à la carrière universitaire et sur les années menant à la permanence. Le lien fourni dans le paragraphe d'introduction donne la bibliographie pertinente.

Sociétés savantes : Fréquentez les sites des associations de musicologues pour profiter des ressources offertes, en particulier les annonces relatives aux colloques et aux ouvertures de postes. Devenez membre dès le début de vos études et assistez régulièrement aux colloques. Vous découvrirez ainsi ce à quoi s'attendent les professionnels du domaine en plus de les rencontrer et, surtout, de vous faire connaître d'eux.

Colloques : Parcourez régulièrement les listes de colloques et leurs programmes pour connaître les grands sujets qui intéressent les chercheurs. Vous pourrez ainsi planifier des projets de recherche en lien avec les priorités du moment.

Groupes de discussion : Participez aux groupes de discussion, comme le AMS Forum de l'American Musicological Society sur Humanities Commons (inauguré en octobre 2017 et qui remplacera éventuellement la AMS-L Electronic Discussion List), ou du moins suivez-les, de manière à être rapidement au courant des nouveautés, des colloques, des débats et controverses, des préoccupations, etc.

Bibliothèque de partitions : Consultez les sites de bibliothèques et autres ressources qui offrent des fichiers électroniques de partitions libres de droits de manière à ajouter facilement et sans frais à votre collection de partitions ou à répondre à des besoins spécifiques de recherche.

Correspondance avec les chercheurs : Écrivez à des musicologues spécialistes de votre sujet de recherche qui pourraient vous apporter de l'aide dans vos recherches. N'omettez cependant jamais de vous identifier soigneusement et de contextualiser votre démarche de façon à vous donner de la crédibilité. Votre lettre sera beaucoup mieux reçue et susceptible de recevoir une réponse. Créez-vous rapidement un réseau international de contacts, ce qui pourra vous valoir des invitations à faire une présentation dans un colloque.

Mémoires, thèses et publications

Planification : Commencez dès le baccalauréat à lire des ouvrages sur la rédaction d'une thèse et la rédaction savante de manière à planifier les années à venir, en d'autres mots, à savoir à quoi vous attendre.

Ampleur : Un mémoire de maîtrise ou une thèse de doctorat, quelle que soit son importance, ne doit pas devenir l'œœuvre de votre vie et accaparer vos énergies pendant une période trop longue. Retarder votre diplomation risquerait de vous faire perdre l'intérêt dans votre sujet ainsi que votre motivation. Un mémoire de maîtrise fait habituellement environ 125 pages, et une thèse de doctorat autour de 350. Résistez à la tentation de donner à un mémoire l'ampleur d'une thèse et d'être rapidement submergé et, surtout, de retarder indûment la fin de vos études et votre entrée sur le marché du travail. Bien des comités d'évaluation de mémoires de maîtrise doivent faire valoir aux candidats qu'ils ont soumis un projet assez vaste pour un doctorat et qu'ils doivent se limiter à une question précise. Il est toujours possible de revenir aux sujets qui débordent les limites du projet dans des articles.

Délimitez votre sujet d'une façon très serrée puisque l'étude détaillée d'un sujet prend toujours des proportions que l'on ne soupçonne jamais au départ. De plus, vous devrez vivre avec votre sujet pendant quelques années. En fait, le choix d'un sujet de thèse s'apparente au choix d'un conjoint, car on vit constamment avec ce sujet (et on fait vivre cette personne avec ce sujet).

Répertoires : Pour des compilations de thèses, voyez en particulier les publications ou bases de données suivantes.

Ajoutez les renseignements relatifs à votre propre thèse en cours à la base de données Doctoral Dissertations in Musicology (Registration Form) de l'American Musicological Society dès l'approbation du projet par votre comité de thèse. Les candidats au doctorat en quête d'un sujet pourront voir que ce qui les intéresse a fait déjà l'objet d'une thèse et ainsi ajuster leur propre démarche.

Publications dérivées de mémoires et de thèses : Planifiez vos travaux de recherche de manière à pouvoir les transformer en communications ou en articles. Une partie plus ou moins substantielle d'une thèse de doctorat pourra ainsi donner naissance à une série d'articles ou de contributions à des ouvrages collectifs. N'oubliez pas qu'un mémoire ou une thèse est une épreuve initiatique conçue pour satisfaire les exigences d'un diplôme et écrite pour être lue par un groupe de chercheurs dont la tâche est de l'évaluer. Il ne s'agit pas d'un texte qui s'adresse à un public de lecteurs sans avoir subi de modifications radicales. Une publication sous forme de livre exige habituellement une réécriture à peu près complète; peu d'éditeurs voudront publier un travail avec un appareil critique aussi lourd et conçu pour un lectorat dont les attentes sont très différentes.

La publication d'articles au cours de vos premières années de carrière sera essentielle à votre engagement puis à votre promotion (« publish or perish »). Ces publications se font normalement dans des revues dites « avec comité de lecture » (angl. refereed journals, peer-reviewed journals), lesquelles s'adressent à un public très ciblé. Vous devez donc accepter que vos textes, comme votre mémoire ou votre thèse, ne rejoindront souvent qu'un lectorat bien limité. Les communications savantes présentées dans les colloques constituent une autre des exigences de la carrière universitaire.

Il est difficile de résister à l'envie de citer le philosophe Jacques Dufresne, qui parlait de revues « avec comité de lecture » pour les distinguer des revues « avec communauté de lecteurs »; « Fernand Dumont : Son message aux jeunes », La Presse, 3 novembre 1990, repris sur le site de l'Apep (Association des professeurs de l'École polytechnique de Montréal).

Aspect financier : Les publications savantes ne mènent pas à l'aisance financière, et encore moins à la richesse. L'accumulation d'un coussin n'arrive qu'aux auteurs de manuels obligatoires achetés à chaque session dans de nombreux départements ou facultés et qui sont réédités aux cinq ans, lorsque la revente entre étudiants et sur le marché du livre usagé ne permet plus aux éditeurs de générer des revenus suffisants. Vous n'aurez normalement guère plus qu'un ou plusieurs exemplaires gratuits de votre publication, une réduction de prix pour vos achats chez l'éditeur et la fierté bien légitime d'ajouter un titre à votre curriculum vitæ. Dans le cas de livres, on pourrait vous demander de renoncer à vos droits d'auteur ou encore vous en accorder seulement à partir d'un deuxième tirage (ce qui relève le plus souvent du rêve). Vous aurez normalement dû fournir exemples musicaux et illustrations ou payer pour les faire préparer, ce qui s'ajoutera aux frais de recherche. Ces frais comprennent photocopies, achat de livres et de partitions, frais de reproduction parfois très élevés pratiqués par les grandes bibliothèques nationales et de recherche, voyages, engagement d'assistants de recherche, etc. Les organismes subventionnaires peuvent demander que les articles résultant de recherches subventionnées soient publiés en libre accès (angl. open access), ce qui se fait moyennant des frais très substantiels que doit couvrir l'auteur.

Subventions de recherche : Les frais qu'impliquent une recherche font en sorte qu'il vous faudra obtenir rapidement des subventions de recherche (angl. research grants) pour pouvoir réaliser des projets d'envergure. L'obtention de subventions constitue une exigence fondamentale pour la promotion dans la carrière universitaire (agrégation et titularisation). Vous devez agir vite au cours des cinq premières années suivant votre premier engagement, période pendant laquelle vous serez considéré comme un « nouveau chercheur ». La qualité de votre projet primera alors normalement sur le nombre et la qualité de vos publications; par la suite, ce sont vos réalisations qui prendront toute l'importance. Si vous avez obtenu des fonds et que les pairs consultés ont la preuve, par vos réalisations, que vous en avez fait bon usage, vous aurez de bonnes chances d'en recevoir d'autres; autrement dit, on ne donne qu'aux riches. Il faut garder à l'esprit que la compétition est très féroce et qu'un refus ne signifie pas nécessairement qu'un projet est sans validité. Il s'agit d'une occasion de le revoir à la lumière des commentaires des évaluateurs et de le soumettre à nouveau l'année suivante.

On peut obtenir ces subventions d'organismes comme le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC). Pour la publication de livres, on peut s'adresser au programme Prix d'auteurs pour l'édition savante de la Fédération canadienne des sciences humaines.

Pour une description du processus d'évaluation des demandes de subventions de recherche au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, voir Murray Dineen, « How to Win at SSHRC », Intersections : Canadian Journal of Music, n28/1 (2007) : 3-10.

Technologie et édition

Préparation de documents prêts à imprimer : Apprenez à manier les logiciels de traitement de texte et de présentation de même que les éditeurs de partitions et les outils d'analyse et de traitement du son, Cherchez à maîtriser les fonctions qui vous permettront de produire des résultat professionnels et idiomatiques. Vous pourrez ainsi répondre aux exigences du prêt à imprimer (angl. camera-ready copy) et de l'autoédition. La préparation de fichiers graphiques ou sonores appropriés sera utile pour la publication d'articles en ligne, qui peuvent accommoder facilement ces éléments.

Outils logiciels : Développez une maîtrise, ou du moins une bonne connaissance, des outils logiciels qui peuvent être utiles en recherche et en enseignement : gestion bibliographique, tableurs et bases de données, logiciels de présentation, éditeurs de partitions, analyse statistique, analyse sonore, etc.

Programmation Web (HTML, CSS) : Développez les connaissances requises pour réaliser et gérer un site Web, ce qui vous permettra de préparer des outils complémentaires à une publication, comme des listes et des appendices considérés comme trop longs pour faire partie de l'ouvrage, ou un site présentant vos réalisations ou encore des recherches pour lesquelles les méthodes de diffusion habituelles dans le monde universitaire ne semblent pas appropriées.

Monde de l'édition : Intéressez-vous au monde de l'édition de manière à naviguer facilement dans les activités de publication, qui occuperont une partie très importante de votre carrière.

Accueil | À propos du site | Pages essentielles | Bibliographie | Aide
Plan du site | Liste alphabétique des fichiers | Modifications récentes et nouvelles
Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2019-09-09
© Marc-André Roberge 2019
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec