Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Citations, exemples musicaux, notes, bibliographies, tableaux, etc. > Textes préliminaires ou liminaires, etc.

La présente page fournit les informations de base sur les différentes parties des préliminaires d'un ouvrage, du moins celles qui sont sous la responsabilité de l'auteur; elles sont placées dans l'ordre où on les retrouve habituellement. Pour un traitement détaillé, voir University of Chicago 2010, chap. 1, p. 4-35, et Malo 1996, passim.

Dos : Le titre d'un livre qui apparaît sur le dos s'écrit de façon transversale ou de façon descendante, autrement dit de haut en bas, comme le prescrit la norme ISO 6357.

Les éditeurs français, allemands et italiens écrivent généralement le titre de bas en haut, alors que la logique (que reflète la norme ISO 6357) veut qu'on le dispose de haut en bas, comme le font les éditeurs anglophones. D'ailleurs, les livres sont disposés sur les tablettes des bibliothèques de façon à ce que l'on marche toujours de gauche à droite à travers les rayons, et donc que l'on avance la tête penchée vers la droite. Un titre ascendant oblige cependant à pencher la tête vers la gauche pour lire le titre. On peut imaginer l'étourdissement qui peut en résulter lorsqu'on passe des heures en bibliothèque à incliner tantôt à gauche, tantôt à droite, en fonction des pratiques. De plus, il est impossible de lire un titre écrit de bas en haut lorsque que livre est posé à plat sur une table, son titre se trouvant alors à l'envers.

Enfin, une pratique correspondant à la norme ISO éviterait aux libraires francophones qui vendent aussi des livres en anglais d'avoir à placer à l'envers les livres en anglais (ou les livres québécois qui utilisent la pratique nord-américaine) pour éviter à leurs clients d'avoir à pencher la tête tantôt d'un côté, tantôt de l'autre.

Frontispice : Le frontispice (mot masculin; ou page frontispice), qui se trouve en face de la page de titre, sert à présenter une photo ou une illustration, souvent sur un type de papier différent.

Page de titre : Une page de titre ({forme fautive} page titre, page-titre) doit comprendre le titre et le sous-titre de l'ouvrage, le nom de l'auteur, le nom de la maison d'édition et la ville où elle est située ainsi que l'année de publication. Dans le cas d'un travail de recherche, on retrouve le nom de l'établissement et de la faculté, le numéro et le titre du cours, le titre et le sous-titre du travail, le nom de l'auteur (précédé par la préposition par), le nom de la personne à qui le texte est remis (présenté à), la date (incluant le jour et le mois, si nécessaire). Les pages de titre des mémoires de maîtrise et des thèses de doctorat doivent respecter pour leur part un mode de présentation rigoureux prescrit par les autorités de l'établissement; c'est aussi généralement le cas pour les travaux de recherche.

Notice de copyright : Il est toujours souhaitable, même s'il ne s'agit pas d'une publication commerciale dont des exemplaires feront l'objet d'un dépôt légal, d'inclure une notice de copyright. Au Canada, cette notice prend la forme © Nom de l'auteur ou de l'éditeur année. On peut aussi ajouter Tous droits réservés, qui étend la protection en fonction de la Convention de Buenos Aires à laquelle ont adhéré les pays de l'Amérique latine.

Dédicace : La dédicace est une inscription permettant à l'auteur de rendre hommage à une ou à plusieurs personnes. Si elle est courante dans les livres, elle a rarement sa place dans les textes de moindre envergure. Elle peut toutefois convenir à un mémoire de maîtrise ou à une thèse de doctorat, mais en aucun cas à un travail de recherche.

{exemple} À toutes les personnes qui croient que la rédaction en musique est une chose simple

Épigraphe : Une épigraphe (mot féminin) est une citation placée en tête d'un livre et servant à en résumer l'esprit. On doit en identifier l'auteur et la source sans toutefois fournir une notice bibliographique complète, quitte à y revenir plus en détail dans l'avant-propos. Il vaut mieux réserver les épigraphes aux ouvrages d'envergure et les éviter dans les simples travaux de recherche; elle ne doit pas simplement servir à citer un passage d'un auteur favori.

Table des matières : La table des matières consiste en une liste plus ou moins détaillée des titres des chapitres (et des sections qui les composent) et des autres subdivisions d'un ouvrage. En règle générale, les numéros des pages initiales de chacune des sections (et non les intervalles de pages) font l'objet d'une colonne à droite; de plus, le mot page n'a pas à figurer au-dessus de la colonne des numéros.

Selon la tradition française, la table des matières est placée à la fin d'un livre et non près du début, comme c'est le cas dans la tradition anglo-américaine. Bien que celle-ci commence à gagner du terrain dans le monde francophone, elle aurait tout avantage à être adoptée de façon systématique, étant donné que c'est en ouvrant un ouvrage que l'on veut en connaître le contenu et non en le fermant.

Les titres de chapitres et de sections qui composent une table des matières, comme ces mêmes titres à l'intérieur du texte, doivent utiliser les majuscules uniquement lorsqu'elles sont essentielles. En d'autres mots, si l'on a choisi d'utiliser les règles traditionnelles, celles-ci ne s'appliquent que pour les titres d'œuvres et d'ouvrages, ce que les titres visés ici ne sont pas.

(Liste des) tableaux, illustrations (figures), exemples musicaux, abréviations : On doit fournir autant de listes qu'un ouvrage contient de catégories telles que tableaux, illustrations (aussi appelées figures), exemples musicaux, abréviations (incluant sigles et acronymes). Les mots Liste des peuvent figurer dans la table des matières mais non dans l'intitulé de la section. On ne reprend dans les listes que l'essentiel des titres, légendes, etc.

Titres courants : Un ouvrage savant devrait toujours comporter des titres courants permettant d'accéder facilement au contenu en feuilletant. Ces titres sont placés en haut de la page : à quelques espaces à droite du numéro de page sur le verso, à quelques espaces à gauche du numéro de page sur le recto). Parmi les possibilités, on peut noter (d'abord verso, ensuite recto) : numéro du chapitre, titre du chapitre; titre du chapitre, titre de section. Dans une biographie, il peut être utile de se servir de l'année faisant l'objet de la page et de l'âge de la personne à ce moment, comme l'a fait Edward J. Dent dans Ferruccio Busoni : A Biography (Londres : Oxford University Press, 1933).

Lorsque plusieurs titres de sections apparaissent sur un recto, on utilise en titre courant le dernier se trouvant sur la page; dans le cas d'un verso, on choisit le premier d'entre eux.

Préface : Une préface (angl. foreword) est un texte de présentation d'un ouvrage, généralement rédigé par une personne prestigieuse dont les propos servent en quelque sorte de recommandation. La tradition française veut qu'une préface soit composée en italique, pratique qui aurait tout avantage à être abandonné compte tenu de la difficulté qu'éprouvent plusieurs personnes à lire des textes longs en italique.

Avant-propos : Un avant-propos (angl. preface) est un texte assez concis dans lequel l'auteur présente la genèse de son ouvrage, l'état de la recherche sur la question traitée, ses intentions, la méthode utilisée, les limites et particularités du livre, etc. L'avant-propos peut aussi comprendre les remerciements s'ils ne font pas l'objet d'une section séparée.

En anglais, le foreword (et non {forme fautive} forward, faute fréquente) est écrit par une personne autre que l'auteur, et la preface par l'auteur. En français, la préface est signée par une personne autre que l'auteur, alors que l'avant-propos, qui correspond à ce que l'on appelle en anglais preface, provient de l'auteur.

Remerciements : Les remerciements (angl. acknowledgements) permettent à un auteur d'exprimer sa reconnaissance aux personnes qui ont contribué à la réalisation de son livre : directeur ou directrice de recherche, bibliothécaires qui ont permis l'utilisation de documents d'archives, collègues dont l'aide a été sollicitée, organismes subventionnaires, etc. Ils font l'objet d'une section séparée lorsqu'ils sont trop longs pour être intégrés à l'avant-propos. Bien que le style puisse être moins strict qu'ailleurs dans l'ouvrage, il convient de ne pas trop s'éloigner du ton général.

Chronologie : Une chronologie plus ou moins détaillée des principales étapes de la carrière d'une personne est souvent utile dans un ouvrage biographique ou une édition de lettres. Elle est généralement présentée en deux colonnes : l'une pour les dates, l'autre pour les événements. Il peut être souhaitable d'adopter une structure grammaticale identique pour l'ensemble des entrées; il est courant d'utiliser un style télégraphique, p. ex. en omettant les sujets.

{exemple} 24 octobre 1924 : Quitte la France pour l'Allemagne.

Introduction : L'introduction, qui équivaut souvent à un premier chapitre par son ampleur, sert à présenter le sujet, à énoncer la problématique et à décrire le contenu des parties de l'ouvrage. Sa lecture est essentielle à la compréhension du texte qui suit. Elle marque le point où commence la numérotation en chiffres arabes (par opposition aux chiffres romains, utilisés pour les autres parties de pages liminaires), mais il peut arriver qu'elle fasse partie des pages liminaires.

Accueil | À propos du site | Pages essentielles | Bibliographie | Aide
Plan du site | Liste alphabétique des fichiers | Modifications récentes et nouvelles
Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2019-08-26
© Marc-André Roberge 2019
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec