Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Typographie > Frakturschrift, deutsche Schrift et Sütterlinschrift

La présente page présente les deux types d'écriture que l'on retrouve dans les textes allemands plus anciens : la Frakturschrift (dans les imprimés), et la deutsche Kurrentschrift ou deutsche Schreibschrift (dans les manuscrits). Elle illustre aussi les similarités, parfois très fines, entre certaines lettres.

Connaître la Fraktur est indispensable pour lire les ouvrages allemands publiés avant le XXe siècle et pour de nombreux ouvrages publiés jusqu'à l'époque de la Deuxième Guerre mondiale. Lire la deutsche Kurrentschrift, par contre, est utile uniquement à ceux qui doivent travailler dans des documents manuscrits antérieurs à la deuxième moitié du XXe siècle.

Il est assez facile de lire des textes composés en Fraktur lorsqu'on connaît bien les groupes de lettres qui peuvent être facilement confondues. Cependant, la lecture de textes manuscrits utilisant la deutsche Kurrentschrift, surtout lorsqu'on tient compte de la variété infinie des graphies personnelles, est redoutable, surtout pour quelqu'un dont la connaissance de l'allemand n'est pas avancée.

On peut télécharger des polices allemandes gratuites à partir de divers sites, comme celui de Dieter Steffmann. La police Sütterlin utilisée ici provient du site de Don Becker (German Department, University of Wisconsin-Madison), qui n'est plus accessible (en date du 8 juin 2016).

Voir aussi le site de James H. W. Keller, Nimm doch! Frakturschriften, qui m'a apporté personnellement une aide précieuse dans la rédaction de cette page.

Frakturschrift

La Frakturschrift ({forme fautive} caractères gothiques) a été en usage du milieu du XVIe siècle jusqu'au XXe siècle. Elle a été officiellement abolie en 1941 pour être remplacée par l'Antiqua, lorsque les nazis y ont vu une influence juive. Malgré tout, elle a continué d'exister après la Deuxième Guerre mondiale, p. ex. dans les éditions d'œuvres de Hermann Hesse et dans des éditions de la Bible. On la retrouve encore parfois en publicité et sur les plaques de rue, de même que sur certains empaquetages de produits alimentaires et des affiches d'établissements comme des auberges.

Majuscules et lettres infléchies avec Umlaut

Majuscules et lettres infléchies avec Umlaut

Minuscules et lettres infléchies avec Umlaut

Similarités entre lettres majuscules

Similarités entre lettres minuscules

Ligatures

La Frakturschrift utilise des ligatures, dont certaines (ch, ck, tz) sont obligatoires (all. Zwangsligaturen). On trouvera deux des trois ligatures dans les exemples de noms de compositeurs plus bas.

Deutsche Kurrentschrift

La deutsche Kurrentschrift (ou deutsche Schreibschrift) a été jusqu'au milieu du XXe siècle l'écriture manuscrite enseignée dans les écoles et couramment utilisée. Comme la Fraktur, elle a été abolie en 1941. Pour un échantillon datant de 1866, voir Wikimedia Commons.

Dans la série des lettres minuscules, le n et le u ont exactement la même forme, contrairement à la série des majuscules; le besoin de différencier une lettre de l'autre a d'ailleurs mené à l'utilisation d'un trait courbé au dessus du u. On voit parfois aussi un trait horizontal (Geminationsstrich) au sujet du n et du m pour indiquer le redoublement de la lettre.

La lecture de textes manuscrits rédigés au moyen de cette écriture sont un défi énorme pour qui n'a pas l'habitude, et ce, même avec une excellente connaissance de la langue. Cette écriture comporte des paires ou groupes de lettres pouvant compliquer la lecture des manuscrits :

  • B, C
  • I, J
  • M , N
  • V, Y
  • a, g
  • e, m, n, u
  • f, h, j, s long (ſ), t, v, w

Majuscules et lettres infléchies avec Umlaut

Minuscules et lettres infléchies avec Umlaut

Similarités entre lettres majuscules

Similarités entre lettres minuscules

Ligatures

Les ligatures existent en deutsche Kurrentschrift comme en Fraktur; elles ne sont pas illustrées ici. On trouvera cependant les ligatures ch, ck et tz dans la colonne de droite les exemples de noms de compositeurs plus bas.

Exemples de noms de compositeurs en Frakturschrift et en deutsche Kurrentschrift

On trouvera plus bas les noms de 12 grands compositeurs de langue allemande, d'abord en Frakturschrift, puis en deutsche Kurrentschrift. Deux des trois Zwangsligaturen (ch et tz) sont utilisées dans les prénoms Heinrich, Dietrich, Friedrich et Richard, et dans les noms Schütz, Bach et Schumann. Le deuxième prénom de Bach (Sebastian) utilise la ligature st.

Sütterlinschrift

Il existe une version de la deutsche Kurrentschrift, créée par Ludwig Sütterlin (1865-1917) à des fins d'enseignement et utilisée entre 1915 et 1941, appelée Sütterlinschrift.

Majuscules et lettres infléchies avec Umlaut

Minuscules et lettres infléchies avec Umlaut

Accueil | À propos du site | Pages essentielles | Bibliographie | Aide
Plan du site | Liste alphabétique des fichiers | Modifications récentes et nouvelles
Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2019-09-09
© Marc-André Roberge 2019
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec