Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Titres d'œuvres et d'ouvrages > Œuvres célèbres d'origine souvent peu connue

La liste suivante identifie avec précision un certain nombre de pièces ou d'extraits qui ont acquis une popularité telle ou une existence indépendante qu'on en ignore souvent l'origine. Le titre anglais, dans certains cas, est indiqué (voire utilisé en rubrique), puisque c'est souvent dans cette langue qu'on le verra sur les boîtiers de disques. Pour des détails sur de nombreuses œuvres et mélodies célèbres, voir:

Adagio d'Albinoni : Réalisation datant de 1945, par le musicologue italien Remo Giazotto (1910-1998), pour orchestre à cordes et orgue, à partir d'une ligne de basse et de six mesures de mélodie de Tomaso Giovanni Albinoni, le tout probablement tiré du mouvement lent d'une sonate en trio.

Agnus Dei de Bizet : Georges Bizet, musique de scène pour L'Arlésienne (1872) : « Intermezzo » (no 6 de la Suite no 2 arrangée par Ernest Guiraud) {existe aussi sous la forme d'un arrangement pour soprano ou ténor, violon obbligato, chœur de voix de femmes, orchestre à cordes (ou piano) et orgue de Louis Victor Saar (1914?)}.

Air sur la corde de sol : Johann Sebastian Bach, Suite pour orchestre no 3 en ré majeur, BWV 1068 (v. 1729-1731) : 2e mouvement (« Air »).

Ave Maria de Schubert : Franz Schubert, Ellens Gesang III (Hymne an die Jungfrau), D. 839 (1825), paroles de Sir Walter Scott, The Lady of the Lake.

Bacchanale de Saint-Saëns : Camille Saint-Saëns, Samson et Dalila, op. 47 (1877) : acte 3 {musique de ballet entre les scènes 2 et 3}.

Barcarolle d'Offenbach : Jacques Offenbach, Les contes d'Hoffmann (1881) : acte 4, no 17 (« Barcarolle, récit et couplets bacchiques »).

beau Danube bleu, Le : Johann Strauss (II), An der schönen, blauen Donau, op. 314 (1867).

Berceuse de Brahms (Lullaby) : Johannes Brahms, Cinq mélodies pour voix et piano, op. 4 (1868) : « Wiegenlied » (no 4; « Guten Abend, gut Nacht »).

Berceuse de Jocelyn : Benjamin Godard, Jocelyn, op. 100 (1888) : acte 2, no 10 (« Cachés dans cet asile où Dieu nous a conduits ») {berceuse chantée par Jocelyn à Laurence, couchée sur un lit de fougère}.

Cancan : Jacques Offenbach, Orphée aux enfers (1858, revu en 1874) : « Menuet et galop infernal (avec chœur) » (acte 2, 4e tableau, no 15).

Canon de Pachelbel : Johann Pachelbel, Canon et gigue en ré majeur pour trois violons et basse continue (v. 1680) {Le canon a acquis une existence indépendante de la gigue avec laquelle il était à l'origine couplé.}.

Chevauchée des Valkyries (Ride of the Walkyries, Walkürenritt) : Richard Wagner, Die Walküre, WWV 86b (1856) : acte 3, scène 1.

Chœur nuptial (Bridal Chorus) : Richard Wagner, Lohengrin, WWV 75 (1846-1848) : « Treulich geführt ziehet dahin » (acte 3, scène 1).

Chopsticks : Arthur de Lulli (pseud. de Euphemia Allen [1861?-1949]), The Celebrated Chop Waltz (1877).

cygne, Le : Camille Saint-Saëns, Le carnaval des animaux (1886) : no 13 (pour violoncelle et deux pianos).

Dans les steppes de l'Asie centrale (In the Steppes of Central Asia) : Alexander Borodin, V sdrenei Azii [En Asie centrale] (1880).

Danse du sabre : Aram Khatchaturian, Gayaneh (1942, revu en 1957) : « Danse du sabre » (no 48) {danse exécutée pendant la célébration du mariage de Gayaneh et de Kasakov}.

Danse hongroise : Johannes Brahms, Danses hongroises pour piano à quatre mains (1852-1869) : no 5 (en fa dièse mineur) {danse composée à l'origine par Béla Kéler en 1859}.

Danse des heures (Dance of the Hours) : Amilcare Ponchielli, La Gioconda (1876) : acte 3, scène 2 (« Danza delle ore »).

Danse macabre : Camille Saint-Saëns, Danse macabre (1872) {mélodie sur un texte de Henri Cazalis, transformé en poème symphonique en 1874 (op. 40)}.

Danses slaves (Slavonic Dances) : Antonín Dvořák, Danses slaves, B. 83 (1re série, 1878), B. 147 (2e série, 1887) {arrangements pour orchestre d'œuvres pour piano à quatre mains, B. 78 (1878) et 145 (1887)}.

Danses polovtsiennes (Polovtsian Dances) : Alexandre Borodine, Prince Igor (1890) : « Danse polovce avec chœur » (no 17, fin de l'acte 2) {danses exécutées par des esclaves polovtsiennes dans le but de divertir Konchakovna, la fille du Khan Konchak}.

Elvira Madigan : Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano et orchestre no 21 en do majeur, K. 467 {deuxième mouvement utilisé comme musique pour le film Elvira Madigan (1967) de Bo Widerberg; rien ne justifie l'utilisation de ce titre apocryphe}.

Entrée des gladiateurs : Julius Fuik, Einzug der Gladiatoren, op. 68 (1900) {marche utilisée dans les cirques et pour servir de prélude aux combats de lutte}.

Für Elise : Ludwig van Beethoven, Bagatelle en la mineur, WoO 59 (1808, 1810).

Greensleeves : « Alas, my love, you do me wrong, to cast me off discourteously » {mélodie traditionnelle anglaise (v. 1580) contenue dans un manuscrit de musique pour luth (D.1.21/ii) conservé au Trinity College of Music (Dublin)}.

Hark! the Herald Angels Sing : Texte de Charles Wesley (1707-1788), publié dans Hymns and Sacred Poems (1739), adapté par William Hayman Cummings (1831-1915) sur la deuxième pièce du Festgesang pour voix d'hommes (1840) de Felix Mendelssohn (œuvre écrite à l'occasion du 400e anniversaire de la naissance de l'imprimerie), et publiée dans le Congregational Hymn and Tune Book (1857) de Richard R. Chope.

harmonieux forgeron, L' : George Frideric Handel, Suite en mi majeur pour clavecin, HWV 430 (1720) : 4e mouvement (« Air », « Harmonious Blacksmith »)

Home, Sweet Home : Sir Henry R. Bishop, air extrait de Clari, or The Maid of Milan (1823) {opéra en trois actes sur un libretto de John Howard Payne}.

Humoresque de Dvořák : Antonín Dvořák, Humoresques, op. 101, B.187 : no 7 (de 10 pièces pour piano), en sol bémol majeur).

Je t'aime (Ich liebe dich) : Edvard Grieg, Hjertets melodier [Les mélodies du cœur] (1863-1864) : « Jeg elsker dig » (no 3) {paroles de Hans Christian Andersen, mélodie inspirée par l'amour du compositeur pour sa cousine Nina Hagerup}.

Jésus, que ma joie demeure (Jesu, Joy of Man's Desiring, Jesus bleibet meine Freude) : Johann Sebastian Bach, Herz und Mund und Tat und Leben (Cantate pour la Visitation de Marie), BWV 147 (1723) : chœur en sol majeur (no 10).

Jeux interdits : Pièce espagnole anonyme du XIXe siècle utilisée par le guitariste Narciso Yepes (1927-1997) pour sa musique pour le film du même nom (1952) du réalisateur français René Clément (1913-1996) {Le film met en scène Paulette (Brigitte Fossey), une jeune Parisienne devenue orpheline à la suite des raids aériens allemands de juin 1940, et Michel Dollé (Georges Poujouly), le fils du couple de paysans qui l'a recueillie; les deux enfants s'amusent à des jeux inspirés des horreurs de la guerre qui les entoure, plus particulièrement la construction d'un cimetière pour animaux.}.

Jour de noces à Troldhaugen (Wedding Day at Troldhaugen) : Edvard Grieg, Pièces lyriques [huitième recueil], op. 65 (1897) : « Bryllupsdag på Troldhaugen » (no 6).

Joy to the World : Paraphrase du psaume 98 par Isaac Watts (1674-1748), écrite pour ses Psalms of David, Imitated in the Language of the New Testament (1719), arrangée par Lowell Mason (1792-1782) en utilisant la phrase initiale du chœur « Lift Up Your Heads » et des quatre premières mesures du récitatif pour ténor « Comfort Ye » de l'oratorio Messiah, HWV 56 (1742), de George Frideric Handel.

joyeux (ou gai) laboureur, Le : Robert Schumann, Album für die Jugend, op. 68 (1848) : « Fröhlicher Landmann, von der Arbeit zurückkehrend » (no 10)

Largo de Handel (Celebrated Largo from « Xerxes ») : George Frideric Handel, Serse, HWV 40 (1738) : « Ombra mai fu » (acte 1, scène 1; no 2) {air de Serse faisant l'éloge de l'ombre d'un platane}.

Libiamo (Brindisi) : Giuseppe Verdi, La traviata (1853) : « Introduzione » (acte 1, no 2; « Libiamo, libiamo ne' lieti calici »).

Liebestod : Richard Wagner, Tristan und Isolde, WWV 90 (1865) : acte 3, scène 3 (« Mild und leise wie er lächelt »).

Liebestraum (Rêve d'amour) : Franz Liszt, dernier de trois arrangements pour piano, sous le titre collectif de Liebesträume, 3 notturnos, S. 541 (v. 1850), de son lied, « O lieb, so lang du lieben kannst », S. 298 (1845), sur un texte du poète allemand Ferdinand Freiligrath (1810-1876).

Londonderry Air : mélodie publiée pour la première fois dans The Petrie Collection of the Ancient Music of Ireland, édité par George Petrie (1855), aussi connue sous le titre de Danny Boy (1913) avec des paroles de Fred. E. Weatherly.

Mack the Knife : Kurt Weill, Die Dreigroschenoper (1928) : « Die Moritat vom Mackie Messer » (no 2; fait partie du « Prélude » qui précède l'acte 1).

Marche turque : Wolfgang Amadeus Mozart, Sonate pour piano en la majeur, K. 331 (1781-1783) : 3e mouvement (« Rondo alla turca »).

Marche hongroise : Hector Berlioz, La damnation de Faust : Légende dramatique en quatre parties, op. 24 (1845-1846) {version révisée des Huit scènes de Faust, op. 1 (1828-1829) : « Marche hongroise » [Rákóczy] (scène 3)}.

Marche militaire : Franz Schubert, Trois marches militaires pour piano à quatre mains, D. 733 (1818, publ. 1826) : no 1 (en majeur).

Marche nuptiale : Felix Mendelssohn, musique de scène pour A Midsummer Night's Dream de Shakespeare, op.  61 (1842) : no 9 {à jouer après la fin de l'acte 4 de la pièce}.

Marche triomphale : Giuseppe Verdi, Aida (1871) : acte 2, scène 2.

Marche funèbre d'une marionnette : Charles Gounod, pièce pour piano en mineur (Londres, 1872; orch. 1879) {« thème d'Alfred Hitchcock »}.

Méditation de Thaïs : Jules Massenet, Thaïs (1894) : interlude pour orchestral avec violon obbligato précédant la scène 1 de l'acte 2, exprimant la renonciation de la courtisane Thaïs à une vie de plaisir pour une vie de l'esprit.

Mélodie en fa : Anton Rubinstein, Deux mélodies, op. 3 (1852) : no 1.

Menuet en sol : Ignacy Paderewski, Humoresques de concert, op. 14 (1887) : « Menuet » (no 1).

Menuet de Boccherini : Luigi Boccherini, Quintette pour deux violons, alto et deux violoncelles en mi majeur, op. 13, no 5 (1771), G. 275 : 3e mouvement.

Minuit Chrétiens : Texte de Placide Cappeau (1808-?), négociant en vins de Roquemaure, mis en musique d'Adolphe Adam (1803-1856) sous le titre de Cantique de Noël (1847); connu en anglais sous le titre de O Holy Night.

Mort de Siegfried : Richard Wagner, Götterdämmerung, WWV 86d (1874) : acte 3, scène 2.

Murmures du printemps (Rustles of Spring, Frühlingsrauschen) : Christian Sinding, Six pièces, op. 32 (1896) : no 3.

Musette en ré majeur : Johann Sebastian Bach, Klavierstücke aus dem zweiten Notenbuch der Anna Magdalena Bach, S. Anh. II 113-32 (no 126).

Musique du feu magique (Magic Fire Music, Feuerzauber) : Richard Wagner, Die Walküre, WWV 86b (1856) : acte 3, scène 3.

Pas des écharpes (Scarf Dance) : Cécile Chaminade, Callirhoë : Ballet symphonique, op. 37 (1888) {existe aussi dans une version pour piano sous le titre de Troisième air de ballet}.

Petite musique de nuit : Wolfgang Amadeus Mozart, Eine kleine Nachtmusik, K. 525 (1787) {sérénade en sol majeur pour deux violons, alto, violoncelle et contrebasse}.

prière d'une vierge, La (The Maiden's Prayer) : Tekla Bądarzewska-Baranowska (1834-1861), Modlitwa dziewicy, op.  4 (1856).

Rêve angélique : Anton Rubinstein, Kammenïy-ostrov : 24 portraits musicaux [Île rocheuse], op. 10, no 22 (1853-1855).

Rondo pour un sou perdu (Rage over a Lost Penny) : Ludwig van Beethoven, Rondo a capriccio, op. 129 (1795).

Sheep May Safely Graze (Schafe können sicher weiden) : Johann Sebastian Bach, Was mir behagt, ist nur die muntre Jagd (Cantate de la chasse, pour l'anniversaire de naissance de Christian von Sachsen-Weissenfels), BWV 208 (1713?) : no 9 (air en si bémol majeur pour soprano II).

Song of India : Nikolaï Rimski-Korsakov, Sadko (1894-1896) : « Chant du marchand hindou » (scène 4).

Stille Nacht! Heilige Nacht : chant de Noël sur un texte de Joseph Mohr (1792-1848) et une musique de Franz Xaver Gruber (1787-1863), respectivement assistant pasteur et directeur de la chorale de l'église Saint-Nicolas (Oberndorf, Autriche), exécuté pour la première fois à la messe de minuit en 1818; connu en français sous le titre de Sainte nuit et en anglais sous le titre de Silent Night.

Summertime : George Gershwin, Porgy and Bess : « Summertime and the livin' is easy, / Fish are jumpin', and the cotton is high » (acte 1, scène 1) {berceuse chantée par Clara}.

The Wish (ou The Maiden's Wish dans certains éditions anciennes), My Joys : transcriptions pour piano de Franz Liszt, sous le titre de Six chants polonais, S. 480 (1847-1860), de deux mélodies de Frédéric Chopin, « Życzenie » [Le souhait], « Moja pieszczotka » [Ma chère], tirées des Dix-sept chants polonais, op. 74 (nos 1 et 12; 1838, 1837).

To a Wild Rose : Edward MacDowell, Woodland Sketches, op. 51, no 1 (1896).

Trumpet Voluntary (Trumpet Tune, Trumpet Air) : Jeremiah Clarke (v. 1674-1707), The Prince of Denmark's March, tirée d'un groupe de 34 pièces intitulé A Choice Collection of Ayres for the Harpsichord (1700) {Existe aussi sous la forme d'une suite pour instruments à vent; pièce connue sous la forme d'un arrangement pour trompette, orgue et tambours par Sir Henry Wood et attribuée par lui à Henry Purcell; souvent utilisée comme marche nuptiale à la place de celle de Mendelssohn.}.

Va pensiero : Giuseppe Verdi, Nabucco [Nabucodonosor] (1842) : « Va pensiero sull'ali dorate » (3e partie, 2e tableau).

Valse des fleurs (Waltz of the Flowers) : Piotr Tchaïkovski, Casse-noisettes, op. 71 (1891-1894) : acte 3, no 13.

Valse de Brahms : Johannes Brahms, Seize valses pour piano à quatre mains, op. 39 (1877) : no 15 (en la bémol majeur).

vol du bourdon, Le (The Flight of the Bumblebee) : Nikolaï Rimski-Korsakov, L'histoire du tsar Saltan (1899-1900), acte 2, scène 1 {extrait popularisé par la transcription pour piano (1931) de Rachmaninov}.

Wachet auf, ruft uns die Stimme (Lève-toi, prête l'oreille; Sleepers, awake!) : Johann Sebastian Bach, Wachet auf, ruft uns die Stimme (Cantate pour le 27e dimanche après la Trinité), BWV 140 (1740) : no 4 (choral en mi bémol majeur, « Zion hört die Wächter singen », utilisant la deuxième strophe de la mélodie de choral Wachet auf, ruft uns die Stimme) {Une transcription de ce mouvement forme le premier des six chorals Schübler, BWV 645-50 (v. 1748-1749).}.

Accueil | À propos du site | Pages essentielles | Bibliographie | Aide
Plan du site | Liste alphabétique des fichiers | Modifications récentes et nouvelles
Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2019-09-09
© Marc-André Roberge 2019
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec